Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 19:56
Test #87 : Looney Tunes Collector - Alerte aux Martiens ! (GBC)

Année : 2000

Editeur : Infogrames

Genre : Aventure

Plateforme : Game Boy Color

Speedrun : Nope

 

Auteurs : Atypique et Flappy

 

Y a un Bugs ?

Amerte aux Lartiens (oui, ça veut rien dire...)

Amerte aux Lartiens (oui, ça veut rien dire...)

 

La belle histoire des Looney Tunes dans le monde du jeu vidéo ne date pas d’hier. Fort d’une popularité énorme à la télévision, mais aussi au cinéma avec Michael ''Air'' Jordan dans Space Jam, Bugs Bunny avait fait déjà transformé l'essai (ou fait un dunk ?) avec la série des Crazy Castle sur NES et GB en essayant d'attirer les enfants avec son beau boîtier. Les jeux de la série étaient en effet très souvent moyens voir pires… et comme à l’époque on se fiait avant tout à la beauté du boîtier du jeu, les enfants tombaient comme toujours dans le piège et enchaînaient les daubes les unes après les autres ! Et pourtant, il y en a eu 4 itérations, plus quelques clones avec les écuries Disney, Garflield ou même les Ghostbusters ! Mais pour avoir les Looney Tunes à bout de pad, on peut même remonter jusqu'en 1982 sur Atari 2600 avec Bugs, 1983 avec Taz et 1985 avec...Bip Bip !

Confiture spatiale.

Confiture spatiale.

 

Nous sommes donc en 2000, et le jeu vidéo a bien évolué depuis, fini les adaptation catastrophiques de l’ère 8-bits et 16-bits (enfin, façon de parler, la GBC étant 8-bits...et puis les adaptations catastrophiques, ce ne sont pas un bon vieux Hulk ou Star Wars qui nous empêcheront quelques arrachages capillaires bien sentis...), les joueurs sont de plus en plus exigeants et donc il va falloir se surpasser cette fois pour proposer quelque chose de comestible contrairement aux précédents opus.

Bugs Bunny contre les franc-massons.

Bugs Bunny contre les franc-massons.

C’est donc à Infogrames qu’incombe la difficile tache de relancer la série après de multiples échecs du point de vue ludique (ben oui, visiblement, ça s'est quand même vendu, genre moi, j'ai Crazy Castle 1 et 2 sur GB...), et c’est un bon choix puisque l’éditeur est spécialisé, entre autre, dans le domaine des jeux pour enfants adaptés de dessins animés (Tintin, Spirou, Les Schtroumpfs en sont de bons exemples, même s'ils ont fait pleurer de nombreux enfants, après qu'ils aient détruis leurs consoles par dépit). Looney Tunes n’échappe ainsi pas à la règle.

Elmer, t'es flippant...

Elmer, t'es flippant...

 

 

Mais cette fois-ci il va falloir changer d’habitudes : Infogrames est vivement critiqué pour faire de très bons jeux mais malheureusement sabotés par une difficulté anormalement élevée. Développer un titre avec une difficulté pharaonique (avec une tête de faucon, si si) n’est donc pas d’actualité.

 

Mais allumons le bestiau. La première chose que l’on constate : les graphismes sont magnifiques ! Un grand chef d’œuvre réalisé par les développeurs ; l’univers de l’animé est respecté, les environnements ne sont pas vides et répétitifs, les personnages sont parfaitement modélisés, et les couleurs sont très vives. Arriver à un tel résultat sur une console 8-bits revient à un véritable exploit ; la console montre une fois de plus qu’elle est capable de biens belles choses. Le résultat est digne de certains jeux sortis sur GameBoy Advance, notamment grâce à l'introduction animée du jeu.

Pour une raison qui m'échappe, la vidéo est encore plus pixélisée que sur la console. Surement dû à la trop grand résolution de la GBC...

Coté scénario, on incarne Bugs Bunny le lapin le plus célèbre au monde (mais moi j'aime bien le lapin garou de Wallace et Gromit !) qui prépare ses valises pour se rendre en Floride et passer des vacances au soleil bien méritées (faut dire qu’il en avait grandement besoin depuis son apparition en 1938 !). Mais en chemin, Bugs croise la route de Marvin le martien qui est venu sur Terre dans le but de la détruire. Malheureusement pour lui (heureusement pour le joueur) les choses ne se passent pas tout à fait comme prévus : sont téléporteur, servant à amener directement sur la planète (pas nette) une bombe ''matomique'', est brisé en 10 morceaux. Sans eux, il ne peux rien faire. En outre, suite à une erreur de K9, son marchien, les robots martiens de Marvin, qui ressemblent à des gros kiwis verts et bipèdes, sont eux aussi dispersés sur Terre. Voilà Bugs lancé dans l’aventure, ayant pour principal but d’empêcher Marvin d’arriver à ses fins, en trouvant les morceaux avant lui.

Les carottes, la vie !

Les carottes, la vie !

Ce matin, un lapin, ...

Ce matin, un lapin, ...

Durant sa noble quête, Bugs croisera plusieurs personnages célèbres de l’animé. Il devra ainsi en faire des alliés précieux pour le reste de l’aventure, tels que Daffy Duck, Titi la petite raclure volante, Elmer Fudd le chasseur de lapins ainsi que d’autres que nous n’allons pas vous spoiler, leur découverte fait vraiment parti du plaisir de jeu ! Sachez seulement qu'ils sont 14 au total et permettent en outre d’accéder à des missions secrètes !

 

 

Elmer, Fudd-rait te calmer !

Elmer, Fudd-rait te calmer !

Prise de contrôle

Prise de contrôle

Vaincu, le canard. Les dialogues sont d'ailleurs excellents et font joyeusement exploser le 4ème mur !

Vaincu, le canard. Les dialogues sont d'ailleurs excellents et font joyeusement exploser le 4ème mur !

Coté Jouabilité, si la fluidité de l'action n'est pas toujours primordiale dans ce genre de jeux, plus orienté puzzle/action (chaque personnage à ses capacités propres qui permettront de franchir les obstacles rencontrés), force est de constater dès le début de l’aventure que les contrôles sont assez difficiles et parfois peu précis. Je parle là surtout des sauts, vraiment calamiteux, sachant qu'avec certains personnages, il faudra sauter sur les boss et ennemis que vous allez croiser pour les vaincre (Bugs, par exemple). Notez qu'on s’y habitue au fil du temps, ce n’est pas si difficile, mais cela demandera une certaine persévérance.

Passage sous-marin avec notre canard domestique (aussi appelé canard laquais)

Passage sous-marin avec notre canard domestique (aussi appelé canard laquais)

Passons du coté de la bande son qui est plutôt une bonne surprise : les musiques sont de très bonne qualité et seront pour la plupart mémorables. En particulier celle de l’intro, mais également celles des différents niveaux qui collent assez bien !

La carte du monde...après 20 minutes de jeu !

La carte du monde...après 20 minutes de jeu !

La durée de vie du jeu est vraiment colossale, des heures et des heures de jeux vous attendent, avec des niveaux divers et variés répartis sur une carte en monde ouvert, 14 personnages à collecter au total (d’où le nom du jeu d’ailleurs !), et des missions spéciales à débloquer lorsqu’ils auront tous été collectés. Peu de jeux arrivent à proposer une telle durée de vie sur la Gameboy (à part les Zelda et Pokémon bien évidemment), et croyez moi vous aurez clairement rentabilisé votre achat, un très bon point là-dessus !

Radar à martien (oui, il y en a un pas loin !)

Radar à martien (oui, il y en a un pas loin !)

Graphismes : 9/10

 

Alerte aux Martiens s’avère être une très bonne surprise du coté graphique et surtout artistique !  Rares sont les jeux sur Gameboy Color qui proposent autant d’environnements variés, de beauté et d’animation, avec des couleurs si vives ! Un chef d’œuvre pour une console 8-bits, en ajoutant quelques détails de plus et en haussant le nombre de pixels, on pourrait sans l'ombre d'un doute le comparer à un jeu Super Nintendo (bon, en multipliant par 4 la résolution, et par 6 le nombre de couleurs, sinon c'est bon ^^) !


 

Gameplay : 7/10
 

Si le gameplay est classique, on peut cependant parler des gameplays qui composent le jeu : avec 14 personnages qui proposent des possibilités différentes, le jeu se retrouve très riche. Ces contrôles, brillant par leur classicisme, fluides et efficaces, présentent malgré tout quelques difficultés et imprécisions quand il s'agit de sauter. AAAAaaaaah ! Oui, vous l'aurez reconnu, je suis tombé dans un trou. Fort heureusement, c'était un terrier de lapin. Ma carotte !!!!

Néanmoins, nous parlons là d'un détail qui n'est pas susceptible de gâcher le plaisir de jeu, loin de là !


 

Durée de vie : 9/10
 

Un des plus gros points forts de ce jeu : la durée de vie est tout simplement énorme. Il a rarement été fait mieux sur ce support : 14 personnages à collecter (des fois que vous n'ayez pas encore saisi), des heures et des heures de jeu sans se lasser, des forêts, des montagnes et déserts à visiter. Et comme si cela ne suffisait pas, en guise de récompense : 8 missions spéciales supplémentaires, que demander de plus ? Un voyage gratuit en Floride à coté de Bugs ? Voyons voyons (ND Flappy : moi je veux bien !) !


 

Son : 7.5/10
 

Des musiques mémorables qui collent parfaitement à l’ambiance, et qui créent une bonne atmosphère de jeu, avec des bruitages corrects (même si ça fait bizarre de retrouver certains sons issus de jeux GB comme les Schtroumpfs !). Le tout est globalement bon voir très bon.


 

Scénario/Ambiance : 7/10
 

Sans l’ambiance ça aurait été certainement un 6 pour le scénario (comme dirait le Hobbit, mais de qui Smaug-t-on ? Un jeu GB avec un scénario est déjà, en soit, un truc dingue !), mais à force de constater que l’on accroche vraiment bien à l’univers des Looney Tunes, qui est là honorablement respecté, cela mériterait plus. De plus, si le scénario est assez prévisible, il change un peu des habituelles damoiselles qui se font enlever (oui Mario, oui, c'est toi que je regarde !), au moins pas de Bugs à la rescousse de Lola !


 

Conclusion :


 

Les Plus :

 

- Des graphismes hallucinants exploitant tout le potentiel de la console.

- Durée de vie rarement égalée sur Gameboy

- Tous les personnages principaux de la série à collecter !

- Plutôt addictif

- L’univers des Looney Tunes 100% respecté (le point fort des jeux Infogrames)

 

Les Moins :

 

- Sauts plutôt imprécis (le point faible des jeux Infogrames)

- Des objets obligatoires à collecter pas toujours faciles à trouver.

- Pas de billet de voyage en Floride inclus avec le boitier (après tout cela il fallait bien s’y attendre – y a pas Michael Jordan non plus, hein)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note Générale : 8.5/10

 

Looney Tunes Alerte aux Martiens est une vraie surprise, il faut dire qu'après les adaptations moyennes de la série, on ne s’y attendait plus. Mais finalement, on obtient un jeu qui s’approche clairement du Hit. Vous aimez les Tunes ? Vous cherchez un jeu beau (pour de la GBC), long, addictif ? Ceci est fait pour vous ! (ça fait pub pour une assurance, non ?). Nan, sérieusement, ce jeu est un bon choix. Et pour un Infogrames, il est ''relativement facile''. What's up doc ? A good game, Bugs !

 

That's all Folks

That's all Folks

Partager cet article

Repost 0
Published by flappy-spirit
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de flappy-spirit
  • Le blog de flappy-spirit
  • : Flappy-Spirit est un blog de test de jeux de Game Boy, principalement de première génération. Amateurs de vieux jeux ou simples curieux, soyez les bienvenus!
  • Contact

Recherche

Liens