Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 19:51

585658_82478_front.jpg

 

Année : 1991

Editeur : Sales Curve

Genre : Plateforme

Plateforme : Game Boy

Speedrun : Non

 

Auteur : Flappy

 

Il y a des jours, comme ça, où on aurait mieux fait de rester couché. Car c’est ce même jour que j’ai récupéré  Zool - Ninja of the "Nth" dimension et le jeu que l’on va tester aujourd’hui.

 

Castelian--E-----_000.png

…le titre est joli ?

Castelian--E-----_001.png

Une prise de conscience

 

 

Et quel jeu ! Ah oui, quel jeu ! D’ailleurs j’aimerais aujourd’hui pouvoir dire « hein, quel jeu ? » mais ça n’est plus possible !...

Castelian, c’est une sorte de jeu de plateforme dans lequel vous contrôlez Julius, un truc à priori vert, manchot, avec un groin et une petite queue. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas manchot pour rien. Ca, vous allez le savourer ! Et Julius a une grande mission : détruire les huit tours qui se dressent au dessus de la mer. Que font-elles là ? Qui les a bâties ? Pourquoi faut-il les détruire ? Vous le saurez en regardant le prochain épisode de Amour, Gloire et Fort Boyard. Parce que rien n’est expliqué. En fait, il est même fort probable que les développeurs eux-mêmes n’en sachent rien. Mais ça n’est pas tout. Comment détruire ces tours ? N’importe quel démolisseur expliquerait qu’en posant des charges à la base de la tour, on peut tout faire s’écrouler. Mais Julius est un peu neuneu. Lui, il préfèrera monter au sommet pour y déposer sa charge, et faire s’effondrer la tour sur elle-même. Et entre deux tours, un petit tour (de plus) en sous-marin dans des niveaux bonus non annoncés, et bourrés de pièges.

 

Castelian--E-----_002.png

La première tour

Castelian--E-----_006.png

Niveau bonus

Castelian--E-----_007.png

Devinez où je suis ?

 

 

 

De toute façon, il est rare d’arriver à un niveau bonus. Car pour cela, il faudrait finir le premier niveau. Et ça, c’est clairement pas évident ! Pour faire simple, voici à quoi ressemble le premier niveau :

 

 

 

Et encore, là, vous n’avez pas les cris du joueur…

 

 

Comme vous avez pu le voir, l’originalité du soft se tient dans ses graphismes. Le fait que le personnage ne bouge pas mais que ça soit la tour qui tourne, sans bord gauche ni droite. Mais le jeu est dur, dur, dur…Escaliers glissants (à priori), ennemis apparaissants de nulle part, plaques disparaissantes, ascenseurs non contrôlables, et j’en passe…Et au final, votre pire ennemi, ça n’est pas la balle rebondissante, ça n’est pas le machin psychédélique qui arrive du bord de l’écran, ça n’est pas (quoi que) le gameplay bancal (on y reviendra), mais c’est le TEMPS. Ce put*** de timer qui arrive à zéro toujours trop vite.

 

Castelian--E-----_004.png

Connard !

 

Les ennemis ne vous tuent pas, ils se contentent de vous faire tomber à l’étage en dessous. En supposant qu’il existe, sinon vous mourrez noyé. Ce qui veut dire que, visiblement, on est sur une planète recouverte d’eau, mais que le petit Julius ne sait pas nager. Bravo le gars !

 

Mais avec beaucoup d’abnégation (plus d’une heure de jeu), il est possible de passer le premier niveau, et on voit la tour s’écrouler :

 

 

 

Les démolisseurs de l’extrême

 

Castelian--E-----_005.png

Youhou !

Castelian--E-----_011.png

La tour des yeux

Castelian--E-----_014.png

Le domaine des robots

 

 

 

Je n’ai pas su dépasser le deuxième niveau. Au bord de la dépression (et de la plaque qui disparaît sous mes pieds au deuxième niveau à peine deux pas de fais, ou encore le bord glissant du début du premier niveau), j’ai préféré laisser là ces âpres soucis. D’ailleurs en parlant du bord glissant :

 

 

 

Vive la vaseline ! Car oui, là, tu l’as dans le c**

 

Monde cruel.

 

 

Graphisme : 7/10

 

Si on excepte le design controversable du héro, l’originalité des graphismes et de l’animation (surtout) vaut le détour. Par contre la diversité n’est pas au rendez-vous, même si les ennemis sont différents pour chaque tour.

 

Castelian (E) [!] 002

Niveau 1

Castelian--E-----_015.png

Niveau 2

 

 

Gameplay : 3/10

 

Alors là ben…en gros, on se sert de droite et gauche, pour essayer de fuir les ennemis, haut et bas pour les ascenseurs, mais ça ne marche que quand l’ascenseur est arrêté. Le bouton A ne sert pas car les deux actions restantes sont gérées par B : sauter et tirer. Super. En gros, si vous ne bougez pas, ça sert à tirer une boulette (qui des fois détruits l’ennemi, des fois le paralyse, et des fois rien…), si vous bougez, ça sert à sauter. Mais sauter permet au mieux de franchir un petit vide, rien d’autre. Bref, c’est mal foutu.

 

 

Durée de vie : 5/10

 

Pas de code, un seul niveau de difficulté (manquerait plus que le jeu soit plus dur encore !), un jeu spécial « j’abandonne j’en ai marre ». Pour arriver au bout, cela demandera sûrement de longues heures. Mais prendra-t-on le temps d’aller jusqu’au bout ? J’en doute.

 

 

Son : 2/10

 

Cuvée spéciale Total Carnage, en dehors de l’écran titre, le jeu est absolument dénué de musique. Les bruitages vous rendront vite dingue (en particulier les balles de bowling rebondissantes du premier niveau…), et je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager la musique de l’écran titre (de plutôt bonne facture, tout de même) :

 

 

 

Ca swingue !

 

 

Scénario/Ambiance : 2/10

 

Un essai de scénario écrit par le petit fils de l’oncle par alliance d’un des deux programmeurs du jeu (le pauvre enfant avait alors 3 ans et demi, et il a perdu beaucoup d’amis). Hein ? C’est un pro qui a écris ça ? Une nouvelle version de la fuite des (du) cerveaux…

 

 

 

Conclusion

 

 

Les plus

 

- Des graphismes réussis et une animation bluffante

- Un générateur de calvitie (ça fait chercheur)

Les moins

 

- Pas de musique et des bruitages énervants

- Un gameplay foireux

- Une difficulté monstrueuse

- Une fois de plus, l’oubli des chaussures de

bowling est la cause de nombreuses chûtes

 

 

 

 

 

Note Générale : 4/10

 

Groik groik GROINNNN groik groik groinnn GROIK ! Grok grok groiiik grok groiIIik. Gro gro Ik? Groinnnn groik!

Cette interview de notre héro nous en disant un peu plus long sur ce qu’il est possible de penser de ce jeu (qui, au demeurant (et au demeuré), propose une quête stupide, difficile, sans musique mais heureusement soulignée par des graphismes agréables), nous allons maintenant pouvoir faire ce qui aurait dû remplacer une telle rencontre : la sieste !

 

Castelian--E-----_009.png

Un bon résumé

Castelian--E-----_010.png

La fin du résumé

Castelian--E-----_012.png Et sa signature.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de flappy-spirit
  • Le blog de flappy-spirit
  • : Flappy-Spirit est un blog de test de jeux de Game Boy, principalement de première génération. Amateurs de vieux jeux ou simples curieux, soyez les bienvenus!
  • Contact

Recherche

Liens