Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 19:29

_-Pocket-Bomberman-Game-Boy-Color-_.jpg

 

 

Année :1998

Editeur :Hudson

Genre :Plateforme

Plateforme :Game Boy Color

Speedrun : http://tasvideos.org/1535M.html

 

Auteur : Flappy

 

 

 

Alors, ça boom ?

 

 

Non, vous ne rêvez pas, il est bien écrit « Genre : Plateforme ». Et oui, c'est un Bomberman, mais pas comme les autres ! Et oui, dans celui-là, il ne faudra pas tuer d'autres personnes dans un labyrinthe, mais dans un niveau vertical. Par contre niveau technique de jeu, c'est très proche d'avant, et oui. Mais commençons pas la justification scénaristique de ce jeu.

 

Il y a longtemps bien longtemps, dans un endroit qui pourrait bien être dans une galaxie lointaine bien lointaine mais-ce-n'est-pas-dit-pour-ne-pas-avoir-de-procés-pour-plagiat, le soleil fut caché par un sombre et lourd nuage (dark cloud n'étant pas, non plus, un plagiat mélangé de Star Wars et Final Fantasy 7 (en même temps si les simples mots « nuage » et « sombre » étaient copyrightés, on serait dans la merde ! Tiens, moi je vais breveter le mot « mouton », ça rapportera, j'en suis sûr!)). Il fut dit qu'il paraissait que la cause était (lourd comme style non?) un monstre qui avait scellé l’Épée du Soleil. Il fut également dit qu'il paraissait que l'on aurait pu (bon ok)...Bref, pour libérer l’Épée, un héros doit récupérer cinq pierres de pouvoir (Power Stones) gardées par cinq monstres dans la Montagne Démoniaque.

 

Pocket-Bomberman_01.png

La Montagne Démoniaque

Pocket-Bomberman_02.png

Qui a dit « héros »?

Pocket-Bomberman_03.png

Power Stones

 

 

Et le héros, devinez quoi, et bien c'est celui qui porte le nom du jeu : Bomberman. Ou vous, aussi. Si votre propre prénom est Bomberman, ça risque d'être vite compliqué, mais tout existe hein ! La fin du scénario a un petit côté Deus Ex Machina pas dégueux : Bomberman est obligé de se battre pour récupérer les Power Stones car il est le dernier héros capable de vaincre ces monstres. Voilà.

 

Pocket-Bomberman_04.png

L’Épée du Soleil

Pocket-Bomberman_05.png

Et voilà, encore du service...

 

 

Bon ben voilà, le jeu va pouvoir commencer alors. Vaste programme !

 

Pocket-Bomberman_06.png

 

 

Le jeu contient deux modes, le mode Normal, qui est en fait l'aventure où on balance des bombes sur tout ce qui bouge (j'y reviens dans une seconde), et le mode Jump, dont l'unique but est de sauter (automatiquement) et de poser quelques bombes pour vaincre ce qui est à l'écran. Rien d'autre, il faut juste monter, monter, monter. Et perdre.

 

Pocket-Bomberman_07.png

Boing boing boing

Pocket-Bomberman_08.png

30 secondes et déjà perdu...

heureusement que c'était en mode facile...

 

 

Revenons au mode normal. On doit commencer par vaincre le monstre des forêts.

 

Pocket-Bomberman_09.png

Encore la Montagne

Pocket-Bomberman_10.png

Un peu de couleur dans la vie

 

 

Le but ? Tuer tous les ennemis à l'écran pour ouvrir la porte de sortie. Le moyen ? Des bombes, améliorables au moyen d'objets trouvés dans des fougères (détruites à la bombe, hein, faut pas s'embêter non plus...), telle que des flammes augmentant la distance d'effet des bombes, des bombes pour en poser plus (sans avoir besoin de travailler plus), des patins à roulettes pour avancer plus vite, etc.

 

Et on apprend que Bomberman a un vieux compte à régler avec Pac Man.

 

Pocket-Bomberman_11.png

Rouler un patin

Pocket-Bomberman_12.png

Direction la sortie

Pocket-Bomberman_13.png

Pac Man ?

 

 

Après 5 niveaux (et une petite pause), on arrive finalement au boss : un arbre. Comment ça peut-être méchant ça ? Surtout en volant l'épée du soleil ?...enfin bref...

 

Pocket-Bomberman_14.png

Une tite pause?

Pocket-Bomberman_15.png

Ent (puis quoi encore?)

 

 

Une fois vaincu, on récupère une Pierre, et on se retrouve dans l'Océan. Et bien maintenant, on se bat contre des palourdes. Elles sont donc légères. Ok je sors.

 

Pocket-Bomberman_17.png

Après Géant Vert, Petit Navire

Pocket-Bomberman_18.png

Plouf

 

 

Entre deux poissons et un jet d'eau, on arrive finalement au boss : un gros crabe.

 

Pocket-Bomberman_19.png

Un gros crabe, on a dit

 

 

Place au monde du vent, avec ses tornades, son plagiat de Bill Ball et son boss : un ptérodactyle squelette. Et oui.

 

Pocket-Bomberman_20.png

Un mec dans le vent

Pocket-Bomberman_21.png

Plagiat quand tu nous tiens

Pocket-Bomberman_22.png

Au tour de Jurassic Parc

 

 

Très logiquement, le vent est suivi des nuages (suivez un peu, c'est montré au début!).

Agressé par des oiseaux, très logiquement, mais par des bombinettes parachutée aussi. Et on apprend à voler, c'est cool hein ? Et à la fin, on rencontre un croisement entre une guêpe et une araignée géante. Charmant...

 

Pocket-Bomberman_23.png

Comme sur un nuage

Pocket-Bomberman_24.png

Piou

Pocket-Bomberman_25.png

Berk

 

 

Cela passé, le dernier monde se présente : le monde Démoniaque (Evil quoi!). Et il tient bien son nom, uniformément rouge, rempli de serpents, de petits monstres volants squelettiques, de vortex et de bandit manchot géant (ce qui est on ne peut plus logique, non?). On finit alors sur un épique combat contre un démon barbu ridicule. Mais très dur à vaincre. J'ai pas réussi (ouin!). Reste à regarder le TAS pour savoir comment ça termine (un indice : le héros récupère l'épée, et tout le monde est heureux).

 

Pocket-Bomberman_26.png

C'est lui le boss

Pocket-Bomberman_28.png

Un petite partie?

Pocket-Bomberman_29.png

Je l'avais dis !

 

 

Graphisme : 6/10

 

Le jeu est sorti en même temps que la Game Boy Color, mais tout de même. Les Artworks sont magnifiques et très agréables à regarder, mais les graphismes du jeu sont un peu légers et simples. Dommage.

 

 

Gameplay : 8/10

 

Du Bomberman transposé en Plateforme, et ça marche bien ! Difficile mais pas infaisable, à ce niveau là, c'est vraiment réussi !

 

 

Durée de vie : 6/10

 

Le jeu peut se finir assez vite, il y a des codes pour chaque niveau, donc pas de gros défis. Le mode Jump peut légèrement rajouter du temps, mais pas trop. Dommage qu'il manque un mode 2 joueurs !

 

 

Son : 7/10

 

Une musique par monde, elles sont simples mais sympas et vont bien avec l'ambiance du jeu.

 

 

Scénario/Ambiance : 5/10

 

Le scénario est tellement original qu'il pourrait mériter un 1/10, mais l'ensemble du jeu est mignon, c'est sympa et relativement constant et cohérent tout au long du jeu.

 

 

Conclusion

 

Les plus

 

- Bomberman en plateforme

- Un premier jeu color

Les moins

 

- Le scénar sérieux !

- Plein de plagiat (pas sérieux!)

 

 

 

Note générale : 7,5/10

 

Boom Badaboom. Si je pique la réplique de Leelou dans le 5ème aliment (euh élément), c'est juste parce qu'il résume bien ce jeu. Avec un challenge assez sympa, des graphismes un peu enfantins, une bande son limitée et surtout un gameplay au poil inspiré des jeux originaux de la saga, on passe un bon moment, et on peut revenir n'importe quand grâce aux codes. Cool !

 

Pocket-Bomberman_16.png

Partager cet article

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de flappy-spirit
  • Le blog de flappy-spirit
  • : Flappy-Spirit est un blog de test de jeux de Game Boy, principalement de première génération. Amateurs de vieux jeux ou simples curieux, soyez les bienvenus!
  • Contact

Recherche

Liens