Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 19:41

cover.jpg

 

 

 

Année :2002

Editeur :Infogrames

Genre :Réflexion (hein ? Pour un jeu DBZ ?)

Plateforme :Game Boy Color

Speedrun :Non

 

Auteurs :Cell_Boss et Flappy

 

 

Les balles du Dragon

 

 

Oh, un dessin animé ! Mode ''nostalgie Club Dorothée : ON'' 

 

 

 


 

 

 

Il est pas mal critiqué celui-là, hein ? Bon, en même temps, c'est pas fabuleux non plus...que donne donc la version originale ?

 

 

 


 

 

 

Ah, oui, évidemment, vu comme ça...c'est plus...énergique, disons.

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_06.png

Même pas foutus de traduire le titre !

 

 

Nous sommes au beau milieu de l'été 2002. Pendant que les potes friment dehors avec leur GameBoy Advance toute neuve (pensez, Britney's Dance Beat venait de sortir, alors...Bon, même s'il est mauvais, on préfèrera Star Wars II l'Attaque des Clones, sorti tout juste une semaine après !), beaucoup de possesseurs d'une simple GBC attendaient impatiemment l'adaptation de Dragon Ball Z sur leur console préférée. En effet, Bandai a décidé de satisfaire tout le monde avec cet opus, et ils ont bien réussi malgré quelques détails à régler.

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_02.png

Comme ça au moins on est sur.

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_03.png

Moui, ça me dit vaguement

quelque chose ^^

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_04.png

Oui, c'est bon, on a compris !

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_05.png

Son pire ennemi : le lapin !

 

 

 

Ah, Dragon Ball Z... Est-il besoin de présenter cette série, tant elle a marqué plusieurs générations ? Chaque matin, le réveil ne servait qu'à permettre de poser son regard sur Sangoku et ses amis combattant sur Namek, ou bien voir Vegeta en mode énervé défoncer tout sur son passage ! Pour ma part (à Cell_Boss), le dessin animé passait quotidiennement sur NT1 à 18 H et il fallait que je révise mes leçons le soir si je voulait pas rater un seul épisode ! (Note : le pauvre Flappy, plus âgé, n'a pas profité de DBZ lors de ses jeunes années, alors que la télé comptais 6 chaînes et que le club Dorothée passait ces épisodes, pour raison de veto parental suite à...disons...une certaine violence. De toute façon, les Minikeums, c'était mieux ! Notez d'ailleurs que l'ami Cell_Boss se réveillant pour regarder DBZ, on peut donc supposer que ses nuits étaient longues, si les épisodes passaient à 18h !).

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_07.png

Et oui, les titres sont aussi

inspirés que dans l'animé...

 

La nostalgie (encore!), c'est bien beau, mais que diriez-vous d'incarner Sangoku et ses amis dans un jeu vidéo et... autrement qu'en baston basse du front ?! D'enfer, l'idée, non ? C'est pourtant bien ce que Dragon Ball Z : Les guerriers légendaires nous propose sur GameBoy Color. Le boitier est beau, la présentation très enthousiaste, voyons voir maintenant le reste : le jeu lui même !

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_08.png

Des graphismes honorables

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_10.png

Comment je suis monté

ici ? Simple, les perso volent.

Enfin, pas partout. Ouais,

faut pas chercher...

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_11.png

L'ami Piccolo : il va me

défoncer la tronche...

 

 

Coté Scénario, le jeu reprend très fidèlement tout ce qui se passe dans le dessin animé, de l'arrivé de Radizt jusqu'à la mort de Bou Bou ou Boo (appelez le comme vous voulez celui-là !).

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_09.png

Ca serait pas vaguement pompé

sur Pokémon ça ?

 

 

Graphiquement le jeu est assez beau, c'est très coloré, et ça rappelle vraiment le dessin animé. Le seul défaut du jeu, c'est l'environnement des combats, qui ne change absolument pas (à part le sol, bleu sur Namek, vert sur la Terre)... Ne pouvaient-ils donc pas ajouter un arrière plan qui aurait pu mieux nous éclairer (ou fournir une lampe torche avec le jeu) ?! Cela mit de côté, le jeu est beau.

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_12.png

Une des fameuses cartes.

Elle sert à frapper. En trois

fois. Au mins, le nom est bien

trouvé...

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_13.png "Puissante bombe" ?

Elle est naze comme carte...

Enfin, ça permet de balancer

une petite flamme rigolote. C'est

toujours ça...

 

 

Passons maintenant au Gameplay. Le jeu est très différent des autres jeux DBZ. Cette fois-ci, c'est une sorte de mélange entre action et stratégie, les attaques se faisant par le biais de cartes différentes que vous pourrez collecter au fur et à mesure que vous avancez dans l'histoire, mais ce n'est pas TOUT !  A chaque attaque, il vous faudra du sang froid et beaucoup de réflexe, car vous devrez cliquer sur les différents boutons qui s'affichent à l'écran en quelques instants. Par exemple, si le bouton A s'affiche, vous devez cliquer sur A. Oui, on appelle ça aussi des QTE (vous savez, God of War, tout ça). Parfois le temps ne suffit pas pour tout faire, et c'est assez dur ! Concentration, mes amis, concentration ! Mais comment faire lorsqu'on y joue en voiture, et qu'on se met à crier lorsque l'attaque ne marche pas ? GameBoy Color confisquée (et accident de la route sur V-Rally 3, sorti en même temps que Star Wars sur la GBA de l'autre, là) ! Attention aux nerveux donc ! (ReNote : Flappy, lui, a cruellement regretté d'avoir supposé que Star Wars  serait aussi sympa qu'au ciné sur sa GBA toute neuve et violette (c'est si beau !)).

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_14.png

Ready ? Fight !

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_15.png

Qu'ils sont tout meugnons !

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_18.png

Et ils volent en plus !

 

 

La difficulté augmente au fil de votre progression (ce qui, en soit, présente une certaine logique). Si vous ne collectez pas des cartes suffisamment puissantes, vous risquez de vous retrouver bloqués dans le jeu à refaire le combat jusqu’à arriver à gagner, difficilement, face à un adversaire de taille (enfin, en puissance hein, car bon dans DBZ c'est pas vraiment la taille qui fait la force...!).

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_16.png

L'attaque de tout à l'heure.

Au moins, on le reconnait

plutôt bien !

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_17.png

Le bisous ! Le bisous!

Le bisous !

 

 

La durée de vie est tout simplement énorme : de Raditz à Bou Boo (c'est mieux comme ça !) il vous faudra des heures et des heures de jeu !...Au risque même de vous lasser du jeu, à cause des environnements trop répétitifs. Et à cause des mouvements très (trop) rapides, certains combats peuvent durer une demi-heure, ce qui est franchement beaucoup trop. Certains adoreront, à n'en point douter, les autres s’ennuieront. Et les fans ? Ils auront au moins des phases de dialogue très soignées et diversifiées.

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_28.png

 

Dragon Ball Z - Les Guerriers Legendaires (France) 19

Je sens qu'il y en a un qui va prendre cher...

 

 

Pour la bande son, je ne dirais pas qu'elle est mauvaise, mais franchement on se tape la musique de combat tout le temps, et pour un combat qui dure une demi-heure, mieux vaut couper le son et mettre un coup de chaîne hi-fi bien senti, pour ne pas vous ennuyer. Et éviter le pétage de câble monophonique. Certaines musiques sont très marquantes, comme celle de Songohan à l'entrainement avec Picolo (mais pas forcément marquante en bien...).

 

 

 

Graphismes : 7.5/10

 

Des graphismes assez fidèles au dessin animé et à l’œuvre de Akira Toriyama : des couleurs vives, des personnages détaillés et bien reconnaissables. Mais des environnements au combat trop répétitifs... une note qui est donc assez clémente, mais qui aurait pu être d'avantage élevée.

 

 

Gameplay : 7.5/10

 

Révolution (enfin presque, PokémonTrading Card Game étant sorti sur le même support 4 ans plus tôt) ! Un gameplay qui révolutionne la série, et ça fonctionne plutôt bien. Pensez, un mélange d'action-stratégie et de réflexes pendant les combats, avec concentration pour bien gérer ses cartes d'attaque et de défense. C'est très différent des autres jeux sur la série, mais ça reste vraiment très jouable, même si la formule n'a pas été reprise par la suite. Par contre je me permettrais d'avertir ceux qui cherchent les combats intenses en 2D, comme dans les épisodes Super Nintendo, ils pourront passer leur chemin car ce n'est pas du tout ça.

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_23.png

Vas-y, petit, recharge

ton aura !

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_25.png

Bébé Kaméhaméha

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_30.png

Saviez-vous que Kamehameha

est le nom des 5 premiers

souverains du royaume de

Hawaï ? Moi non plus...

 

 

 

Durée de vie : 9/10

 

Rien à dire, un jeu très très long, une durée de vie énorme, tout le dessin animé sur votre GameBoy, de Raditz à Bou. De nombreuses cartes à collectionner. Arriverez-vous à relever le défi ? (on dirait presque un slogan façon ''Sega, ça fait des crêpes plus grosses que toi !'')

 

 

Son : 5/10

 

Honnêtement, je mets ici une note moyenne entre ce que Flappy (qui aurait bien mit 3 tellement la musique des combats lui a vrillé les oreilles) et Cell_Boss (qui n'aurait pas craché sur un 9 mais partait plus sur 7,5) voulaient mettre... rien ne vaut une bonne installation 5.1 Dolby Surround digital live x-fi pro logic (bon appétit surtout) avec un cd de chiptune !

 

 

Scénario/Ambiance : 7/10

 

Honnêtement je ne ressens aucune ambiance en jouant au jeu, à part pour les dialogues qui rappellent beaucoup le dessin animé. Coté scénario, pas de doute, le jeu respecte bien la série Dragon Ball Z, avec les principaux ennemis qui répondent présents. C'est satisfaisant ! On reprochera peut-être (oui !) le côté débilisant du texte, donnant l'impression de s'adresser à des arriérés. Ah, c'est sur qu'ils respectent les règles du français, et chaque phrase sera construite façon ''sujet-verbe-complément''. Un exemple ? Un extrait du début du jeu, tiré tel quel :

<< Goku s'est s'acriffié pour Tuer Raditz.

Goku est mort.

Raditz est mort.

Gohan s'entraîne dur avec Piccolo.

>>

Etc. Sympa non ? Et même le scénario me semble étrange. Il me semblait que Végéta, c'était quelqu'un (mais si, le mec à moustache dans Dragon Bowl GT), et pas une planète. Mais je peux me tromper. Edit : après vérification auprès d'un grand fan de la série, le sieur Bbrt, il s'avère que Végéta est à la fois le nom d'une planète et d'un personnage honteux de sa moustache. Mea culpa!

 

 

Conclusion :

 

Les plus :

 

- Une durée de vie énorme

 

- Globalement beau

 

- Scénario qui respecte bien la série

 

- Phases de dialogue assez sympa (mouais)

 

- Flappy se transforme en super guerrier !

Les moins :

 

- Des musiques tout bonnement affreuses

 

- Une difficulté hasardeuse, parfois c'est facile,

souvent c'est trop difficile.

 

- Attention quand même au conducteur !

 

 

 

Note finale : 6.5/10

 

Difficile de noter Dragon Ball Z : Les guerriers légendaires, tant le jeu risque vraiment de diviser les fans de la série. Adeptes de jeux stratégie et réflexion (et QTE), de jeux de cartes et autres, vous allez adorer. Amoureux des jeux de combats intenses et beat'em all, passez votre chemin à part si vous êtes réellement fans de la série. Pour ma part, je dirais que je me situe entre les deux. Certains vont adorer d'autres non, mais globalement c'est très satisfaisant. Un beau jeu, très long et qui respecte bien la série, sur GameBoy Color... et qui se joue même en au volant branché sur l'allume cigar, que demander de plus ? Avant tout je pense que vous allez être satisfaits, malgré tout, par le résultat que nous a offert Bandai. Ca m'ennuie de noter le jeu de cette façon, car c'est avant tout avec lui que j'ai passé de très bons moments durant mon enfance avec une communauté que je n'oublierai jamais, dédiée à eux pour l'occasion, et éternellement à la GameBoy !

Et sinon, Flappy a détesté. Pas foutu de réussir le premier combat ! L'entraînement ! Sérieux !

 

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_20.png

J'avais bien dit qu'il

prendrait cher...

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_21.png

Des fois qu'on ait pas

compris...

Dragon-Ball-Z---Les-Guerriers-Legendaires--France-_22.png Défoncé par son propre

entraîneur. Y a de quoi

se moquer...!

 

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 12:31

cover.png

 

 




Année : 1993  

Editeur : Konami

Genre : Action/Plateforme (un jeu avec un super héros quoi)

Plateforme : Game Boy  

Speedrun : Non
 

 

 

Auteurs : Cell_boss et Flappy

Un chauve sachant chasser
 

 

Batman---The-Animated-Series--U-_01.png

Classieux

 

Batman est certainement le super héros le plus connu du monde, pourtant il ne vole pas et il n'a pas de supers pouvoirs... mais il a l'instinct d'une chauve-souris, une cape et un slibard sur le pantalon ! C'est cet instinct qui lui a permis d’être adapté sur tous les supports imaginables possibles, mais surtout en comics depuis 1939 (bientôt 80 balais la souris aux problèmes capillaires !) ainsi qu'au cinéma et en dessin animé. L'excellent dessin animé sorti en 1992, qui a marqué les esprits et toute la jeunesse de l'époque, a ainsi été adapté en jeu vidéo; plus de détails en bas...

 

 

 

Le Zepelin à la fin du générique me faisait flipper quand j'étais petit !

 

 

Alors pour commencer, la plupart des joueurs ne le savent sûrement pas, mais les adaptations de Batman en jeu vidéo se divisent en trois catégories : la première, les jeux qui s'inspirent des films de Batman et qui visent un public plus mature, la deuxième (plus rare), les jeux qui s'inspirent des dessins animés de Batman, qui visent un public plus jeune, et la troisième, les jeux indépendants qui veulent faire un jeu Batman original et qui ne concernent que le jeu (on pourra par exemple citer les excellents Batman Arkham sortis dans les années 2010).

 

Batman---The-Animated-Series--U-_02.png

LOL ! Voici des nounours en peluche

explosifs tout mignon pour chaque

habitant de Gotham !

Batman---The-Animated-Series--U-_03.png

Les habitants de Gotham vont

"exploser" de rire demain matin !

Batman---The-Animated-Series--U-_04.png

Hey Batou, montrons un peu

à tous qui contrôle réellement

Gotham !

Batman---The-Animated-Series--U-_05.png

Je sais que tu m'entends

Batou ! Mwahahaha !

 

 

Batman The Animated Series que nous testons aujourd'hui fait partie de cette deuxième catégorie et s'inspire directement du dessin animé sorti en 1992. Konami tente ici de nous faire vivre les moments forts du dessin animé sur notre petite portable GameBoy... Sur le boitier du jeu, on peut lire (avec les yeux) "From TV screen to GameBoy screen". Rien que ça. Et qu'est ce que ça donne ? Et bien, tout d'abord, le jeu est magistralement introduit par une version gameboysée du générique du dessin animé (comme pour les Tortues Ninja (à non, pas pour celui là, pour sa suite)). Et ça donne ça :

 

 

 

 

Le scénario est simple et change avec chacun des 5 niveaux proposés. Tout commence lorsque le Joker, cet espèce de taré maquillé n'ayant d'égal à folie que son bon goût vestimentaire (espérons toutefois qu'il n'est pas en train de lire ceci ! ), passe à la télé et provoque Batman publiquement. Il lui propose un petit rendez-vous pas spécialement galant, et bien que Batman sache d'avance qu'il ne s'agisse là que d'un vil piège, son instinct de chauve-souris le pousse à agir !

 

Batman---The-Animated-Series--U-_06.png

Oh, un zoli cadeau !!

Batman---The-Animated-Series--U-_07.png

Avec un grappin,

tout va bien !

Batman---The-Animated-Series--U-_11.png

Même s'il à l'air un peu

con comme ça, il est en

fait en plein Wall Jump.

 

 

Une fois le Joker abattu à la suite d'un épique combat à grands coups de nounours explosifs, Batman fera face à d'autres de ses célèbres ennemis. Le deuxième est Mr.Freeze qui a mit la ville de Gotham dans le chaos, le froid et la glace (Freeze, t'es givré) ! Suivra Poison Ivy qui, elle, a transformé Gotham en Jungle... et Batman se transforme en Tarzan... non je déconne ! Le quatrième opposera notre héros préféré à The Ridler (l'Homme Mystère sous nos latitudes) et The Pinguin qui attaquent une banque avec du gas. Le meilleur pour la fin sera - surprise ! - le Joker qui est de retour et qui tient à sa revanche et vous provoque en duel dans le Port de Gotham !

 

Batman---The-Animated-Series--U-_12.png

Arrête tes clowneries !

Batman---The-Animated-Series--U-_13.png

L'usine à nounours !!!

 


Coté bande son, sachez que cet épisode est très fidèle au dessin animé pour ce qui est de la musique, avec des morceaux classiques mais qui restent très sympas. Niveau bruitages, dignes des 4 voies stéréo de la petite GameBoy, rien d'étonnant ou de spécialement original, mais ça reste parfaitement dans la moyenne. Fort heureusement, ici, le petit "Bip... Bip... Bip... Bip..." qui se répète sans cesse lorsque votre vie approche de zéro n'est pas présent. Ce malheureux standard s'était installé lors des années 80/90 sur la plupart des jeux et même la série Zelda a pu le faire subir aux joueurs...On regrettera l'absence de la voix de doublage VF du Joker (Pierre Hatet pour ne pas le citer, mais sachez qu'en VO c'est Mark Hammil (Luke Skywalker !!!) qui s'y colle !). Bon en même temps, sur GB, les voix, c'est relativement impossible...

 

Batman---The-Animated-Series--U-_16.png

C'est ça, rigole, je m'en

vais te déployer ta

gorge...au sens propre !

Batman---The-Animated-Series--U-_17.png

Et voilà, un Joker qui

rigole bien moins...après

quelques tatanes !

Batman---The-Animated-Series--U-_18.png

Non, mais sérieux là,

juste non...



En ce qui concerne les graphismes, ils respectent plutôt bien le dessin animé et toute la série Batman en général. Du classique, sans grosse blague mais sans claque graphique non plus. Si l'on n'atteint pas les sommets accessibles par une GameBoy, ça reste tout à fait honorable (en même temps à son âge...).
 

Batman---The-Animated-Series--U-_19.png

Des nappes de glace ont

congelé Gotham lors de

la pire tempète de glace

jamais vue !

Batman---The-Animated-Series--U-_20.png

Oh oh, elle s'appelle

Summer (été) et il fait

froid...

(humour !)

Batman---The-Animated-Series--U-_21.png

Ca jète un froid

Batman---The-Animated-Series--U-_22.png

L'hivers, il faut toujours vidanger,

ou ça pardonne pas !

Batman---The-Animated-Series--U-_23.png

L'épouvantaille est aussi de la

partie




Niveau Gameplay, c'est du classique et fort heureusement, cela n'a rien à voir avec le calamiteux Batman Forever. Un bon vieux beat'em all agrémenté de plate-forme : on marche, on saute, on tape, on balance un batarang si on en trouve un, et pour atteindre les lieux les plus hauts, un grappin apporte une aide non négligeable. Robin prend parfois la relève, et s'il n'est pas foutu d'utiliser un grappin, il peut faire de grands bonds dignes de sa formation d'acrobate (man?).
 

Batman---The-Animated-Series--U-_24.png

Niveau deux : types en

costards et gros flingues

Batman---The-Animated-Series--U-_25.png

Nan mais sérieux, la balle

est plus grosse que ma

tête !

Batman---The-Animated-Series--U-_26.png

Une halu ?



Maintenant passons au sujet qui fâche, la durée-de-vie ! Alors sachez qu'ici vous avez droit à cinq niveaux. Si cela vous parait chiche, sachez qu'ils seront très longs mais aussi accompagnés de boss de fin de niveau. Et niveau difficulté, ô mes pauvres lecteurs, sachez que vous avez devant vous un jeu à la difficulté plus que relevée. Du piment vert au moins. Impossible de sauvegarder, pas de système de mot de passe, donc si vous voulez arriver au bout du jeu, vous allez devoir trouver le temps approprié et un endroit calme pour pouvoir le commencer, le finir, et faire tout ce qu'il y a entre les deux. Ce qui n'est pas spécialement adapté à un support portable, mais on commence à avoir l'habitude... là où vous emmenez votre GameBoy dans le métro, la voiture, le bus, le train, les plateformes pétrolières (enfin, ne jouez pas en conduisant, c'est pas moins dangereux qu'un Itruc avec coque GB), vous n'aurez sans doute pas le temps de le finir... et pour couronner le tout, à part le deuxième boss, TOUT les boss sont d'une difficulté à faire passer l'arcade pour des jeux bisounours, et je peux vous assurer que même en étant le meilleur arde corps gamme heure du monde, vous n'arriverez pas à bout du jeu la première fois.
 

 

Batman---The-Animated-Series--U-_27.png

Relais au petit Robin !

Batman---The-Animated-Series--U-_28.png

Mais bon au final la

différence n'est pas

flagrante

 

 

Graphismes : 6,5/10

Ici cell_boss et flappy, développeurs de chez Konami pour le jeu Batman Animated Series. Nous sommes en réunion pour juger de notre jeu avec le patron. Pour les graphismes nous avons voulu qu'ils soient très classiques, ça ne devrait être ni une déception pour nos joueurs ni une claque graphique non plus, mais ça reste dans la moyenne des jeux GameBoy. Un peu de sueur, mais pas trop quand même : nous avons fait presque TOUT les niveaux similaires. Explications : on a repris EXACTEMENT le même style graphique du premier niveau pour le deuxième niveau, mais en y ajoutant un joli petit effet de glace, pour le troisième on a (ENCORE !) repris le style graphique des deux premiers niveaux mais on y ajouté cette fois des effets d'arbres, mais on a changé quand même pour le quatrième et le cinquième. En tout on a gagnés deux niveaux sans se fatiguer, et on a réduit les coûts de développent du jeu, pas mal non ? Un petit retour sur salaire ?


Gameplay : 6,5/10

Alors là on a innové, le joueur utilise B + haut ou bas pour passer d'une plate-forme à l'autre (avec un grappin pour Batman). On a aussi inclus Robin dans le jeu ! Bah ouais, on a pas payé la licence Batman pour ne pas y ajouter quelques personnages de la série ! A la place du grappin, Robin doit s'accrocher en haut des murs pour monter, mais le reste est classique : marche et bagarre, rien de plus. Pour les frappes, on a juste le coup de poings et pas de coups de pieds, aucun combo n'est inclus ! Histoire de réduire les coûts de développement ? Mmmh ?



Durée de vie : 7/10

On a tout misé sur une difficulté au piment d'espelette. Seulement cinq niveaux, mais on a fourni aucune sauvegarde ou mot de passe, comme ça les joueurs auront la sensation d'avoir un jeu interminable. Et histoire de le rendre encore plus interminable, on a mit sur chaque niveau un boss de fin de niveau pas piqué des hannetons. Comme ça le joueur sentira que le jeu est long.



Son : 7/10 

La licence, c'est pas que pour les personnages, mais aussi pour la musique du dessin animé. Alors on ne s'est pas plus fatigué que ça, on l'a reprise. En ce qui concerne les bruitages, un petit "Bip" suffit pour le saut et "ouch" quand on est touché, etc. (heureusement que les musiques sont de vrais valeurs sures d'ailleurs ! )



Scénario/Ambiance : 7/10

Le scénario diffère pour chaque niveau. Dans le premier, le Joker provoque Batman, dans le deuxième un mec fait geler la ville de Gotham, le troisième voit une nana transformer Gotham en une jungle (mais point de Tarzan en vue), le quatrième fait suite au troisième (noOon?!), puis le cinquième boucle le tout avec le retour du Joker (ça donne l'impression qu'il y a une logique!) qui veut se venger et qui provoque Batman en combat singulier (mais oui bien sur) dans le port de Gotham. Pas bien difficile à écrire, comme scénario, à penser non plus d'ailleurs...

Pour l'ambiance on a vraiment repris celle du dessin animé, notamment avec l'intro du dessin animé sur la petite GB ! Et oui, la classe !


Alors, vous êtes sur, pas d'augmentation de salaire ?



Conclusion :
 

 

Les plus :

- On y incarne Batman !
- Les musiques du dessin animé !
- Hardcore Gamers vous avez là un bon défi !
- Classique sur tout les points (est-ce vraiment un plus?)

- Deux perso contrôlables
- En bonus : l'intro du dessin animé !
Les moins :

- Pas de combos
- Je suis bloqué au troisième niveau (et moi au deuxième !)
- Répétitif, vraiment répétitif (mais plaisant, tout de même)
- Fans de jeux faciles, passez votre chemin
- C'est où pour sauvegarder ?




Note finale : 7/10


Batman en est à sa deuxième apparition sur GameBoy après l’excellentissime Batman (hé !). Et on a ici la première adaptation du dessin animé Batman en jeux vidéo. C'est beau sur le papier, mais que vaut-il réellement ? Et bien sachez qu'ici Konami a voulu jouer la carte du classique, et a essayé de réduire les coûts de développement au maximum. Tout est classique, rien n'est vraiment innovant (en même temps si tout est classique...), et l'absence de sauvegarde ou de mots de passe aide des boss de fins de niveaux poivrons/curry (surtout le Joker) à rendre le tout compliqué, voir frustrant... coté bande son c'est simple et agréable. Niveau Gameplay, ça va, sans plus... mais pas d'inquiétude, à part ça, Konami signe une jolie adaptation sur GameBoy. Selon Cell, tout fan de l'homme chauve souris se doit de le posséder sur GameBoy quoi qu'il arrive. Selon Flappy, c'est sur que c'est mieux que de souffrir sur Batman Forever... Pour qui n'est pas fan, le jeu peut perdre un peu de son intérêt, mais ses qualités peuvent compenser cela. Après, évidemment, si l'on a en haine ces tarés costumés, les raisons de jouer risquent de s'évaporer...

 

Batman---The-Animated-Series--U-_14.png

Ouch

Batman---The-Animated-Series--U-_15.png

Allez, on y retourne !

Batman---The-Animated-Series--U-_29.png

Un Batsignal c'était trop

demandé ?

 

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 21:44

nintendo_world_cup_11_box_front.jpg

 

 

Année : 1991

Editeur : Nintendo

Genre : Sport (foutchbaul)

Plateforme : Game Boy

Speedrun : Non

 

 

Auteurs :Cell_Boss et Flappy

 

 

22 mecs pour une baballe

 

 

A quelques jours du lancement de la coupe du monde 2014 de foot, Cell_boss a insisté pour faire un test de Nintendo World Cup. Nul n'est parfait. Encore que, comparé à Kick Off, ce jeu n'est pas mal du tout !

 

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_01.png

La tour de Sauron. Avec un ballon

à la place de l'oeil.

 

 

 

C'est la Coupe du Monde (de foot...au cas où, hein) ! vous l'aurez deviné je pense, mais le foot sera à l'honneur ce mois-ci et nous avons décidé de lui consacrer un petit peu d'importance histoire que l'événement ne passe pas trop inaperçu chez nous (c'est sur qu'entre les danseuses brésiliennes et le matraquage médiatique, on risquait de l'oublier...!) ! 

 

 

 

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_02.png

Tappons la baballe

à deux !

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_03.png

Allons, cela serait supposer

qu'un footballeur sait lire...

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_04.png

Un beau panel. Même l'URSS.

Après les JO de Poutine...

 

 

Alors commençons. Nintendo World Cup est un jeu sorti sur GameBoy mais aussi sur NES en 1990, et s'il est sorti cette année là c'est pas par hasard. Son but ? En mettre ! Mais pas seulement, il cherche aussi à vous faire vivre la Coupe du Monde 1990 comme si vous y étiez (en Italie, donc) ! Alors, pari gagné ?

 

 

Le jeu est développé par Technos Japan, les mêmes personnes à l'origine de l'excellent Double Dragon. Coté contenu, le jeu vous propose de défendre les couleurs de 13 équipes nationales (pas toute en même temps, évidemment) incluant notamment la France, les Etats Unis, L'Espagne, le Brésil et l'Allemagne. Et la bonne nouvelle, c'est qu'il y a un système de mot de passe ! C'est à dire que vous pourrez, en quelques sortes, sauvegarder votre partie en écrivant le mot de passe de votre progression. La mauvaise nouvelle, c'est que contrairement à la version NES, on ne peut pas y jouer à deux avec une seule machine... bah ouais on est sur une portable ! Il reste néanmoins possible de jouer jusqu'à 4 (à défaut d'être 11) via câble link et adaptateur ! A part ça, la version GameBoy est identique en tout points à la version NES.

 

 

Nintendo World Cup (USA, Europe) 05

Moi ? Chauvin ? En hivers

peut-être (vive le pinard !)...

Nintendo World Cup (USA, Europe) 06

De beaux noms...Pierru ? Jan ?

Mouais...

 

 

 

Graphiquement, le jeu arbore un style SD (Super Deformed, à grosses têtes quoi, comme dans Kamen Riders) plutôt sympa, et la modélisation des personnages est vraiment sans reproche (sans proche non plus d'ailleurs, mais avec une poche par contre, vu le format de la machine) ! C'est assez rare pour le dire, mais bien que les terrains se ressemblent un peu tous (ce qui est quelque peu regrettable), la particularité de cette version GameBoy est qu'elle est identique à la version NES au niveau graphique. Cela prouve une nouvelle fois que la GameBoy en a franchement dans le ventre (hum, encore une histoire de postillons monochromes...) ! 

 

 

 

Nintendo World Cup (USA, Europe) 07

Ma stratégie ?

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_08.png

L'équipe adverse à l'hosto !!!!!

 

 

La bande son est tout juste moyenne. Pourrait-on même dire mauvaise ? UNE SEULE MUSIQUE qui se répète pendant TOUT le jeu... Elle n'est pas spécialement mauvaise, mais quand ça se répète durant trois heures de jeu, forcément ça fait mal aux oreilles. La solution pourrait être de jouer avec des piles presque vides ? Difficile de croire que les développeurs de Double Dragon (avec sa bande son excellente) sont à l'origine de tout ce raffuts ! (En réalité, s'il s'agit bien de la même boite de développement, ce ne sont pas les mêmes développeurs. On devrait donc plutôt s’inquiéter de l'état de leur service consommateur!)

 

 

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_09.png

Die potatoe !

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_10.png

Ah moi la balle !!!

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_11.png

Foiré...tu vas rentrer oui !

 

 

 

Passons maintenant au Gameplay du jeu. Vraiment très original pour un jeu de foot (et oui, car vous jouez au foot ! Tadada!), car vous pouvez communiquer avec vos camarades de l'équipe ; c'est vous le patron ! (En rang par 6 ! Chef oui chef !) Vous pouvez ordonner à un co-équipier, s'il a le ballon, de tirer ou bien de faire la passe. Mais le plus sympa reste de tacler l'adversaire quand on n'a pas le ballon, cela peut vraiment s'avérer décisif pour gagner un match (et potentiellement envoyer le reste de l'équipe adverse aux urgences sans le moindre soucis d'arbitre!). L'IA de vos adversaires n'est pas le top du top, mais bon, nous ne sommes pas en mesure d'exiger quoi que ce soit de plus tant qu'elle reste cohérente (et qu'on est sur GameBoy).
 

 

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_12.png

Mon premier but !!!

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_13.png

Mais mais mais...on me

rattrape ! Il me fait un

bras d'honneur en plus !

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_14.png

ET BEN J'AI GAGNE EUH !

(vite, sortons une pizza

et une bonne vieille Kro !)

 

 

En ce qui concerne la durée de vie, sachez qu'elle est compris entre 2 et 3 heures (pour terminer la coupe du monde), ce qui reste vraiment acceptable, voir très bon (voir vraiment pas mauvais du tout) pour les jeux de cette époque. Au programme, 13 équipes, 13 matchs à mener vers la victoire pour gagner la coupe du monde. Coté équipes, c'est vraiment peu, quand on sait qu'il existe 200 équipes de foot dans le monde ! Mais à nouveau, nous nous permettrons de mettre en avant les faibles capacités de la bête. Faire 13 matchs d'affilé c'est vraiment trop surtout lorsque vous n'en avez pas le temps, mais ne vous en faites pas, Technos Japan a pensé à tout ! Avec le système de mot de passe (sous copyright, vendu avec sa brosse adhésive et un deuxième tuyau d'aspirateur offert !) pour reprendre là ou vous étiez la dernière fois (à condition de le noter sur un bout de papier, de ne pas perdre le-dit papier, d'éviter de mettre le feu à la maison, bref vous aurez compris (tout comme l'autre là qui lève les bras en arraguant les foules...Allons, pas de politique en ces lieux !)) plus jamais vous ne vous tacherez à l'herbe occidente du Sud de l'Italie (pas loin du Brésil, là bas) !

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_15.png

Un petit tour au Japon maintenant ?

 

 

 

 

Graphismes : 8/10

Ici Cell_Boss et Flappy,  développeurs chez Technos Japan pour convaincre le patron de Nintendo d'éditer leur jeu. Honorable Hiroshi Yamauchi, graphiquement le jeu est vraiment digne de fouler votre honorable Game Boy ! La modélisation des personnages pousse la 8-bits au bord de ses limites ! Et les terrains feraient rougir le plus résistant des scarabées, tant leur beauté est TROP DE LA BOMBE !

 

 

 

Gameplay : 8/10

Patron, on a fait le jeu de foot le plus original du monde ! On peut interagir avec ses co-équipiers (comme en vrai, en tappant ses adversaires !) et leur donner des ordres ! Innovation, quand tu nous tiens !

 

 

 

Durée de vie : 7/10

Boss, le jeu propose 13 matchs tous contre des équipes différentes, ça nous donne plus de 3 heures de jeu par partie ! Et on a ajouté un système de mots de passe (breveté) ! Elle est pas belle la vie ?

 

 

 

Son : 3/10

Chef, une seule musique pour tous les 13 matchs, pour que ça reste gravé dans les mémoires (et que ça coûte moins cher en espace mémoire) !

 

 

 

Scénario/Ambiance : 8/10

Patron, coté ambiance c'est l'immersion totale ! On se croirait presque dans la vraie coupe du monde ! (Bon, sans les cris, les pubs et la bière n'est pas fournie, mais on n'est pas loin !)

 

 

Conclusion

 

Les plus :

- Gameplay Original

- Enfin un système de mot de passe

(protégé contre le piratage)!

- La coupe du monde comme si vous y étiez !

- Flappy marque à la fin du jeu (c'est dire !) !

Les moins :

- Une seule musique ?!

- Les matchs trop faciles

(Note de Flappy : on va

pas s'en plaindre non plus !) !

 

- Pas de bière fournie par la

cartouche

 

 

 


Note générale : 7,5/10
 

 

Un très bon jeu, d'une qualité très rare sur console 8-bits ! La comparaison entre Soccer sorti en 1986 et Nintendo World Cup devient très vite humiliante pour le premier, tellement il y a eu d'améliorations. Graphismes excellents au bord du drôle, durée de vie acceptable et gameplay original, le jeu a quand même quelques défauts dont la musique qui se répète en boucle pendant tout le jeu. TOUT LE JEU, c'est vraiment soûlant quoi...et sur tout très chiche de la part des développeurs. Mais couper le son fera largement l'affaire (avec un bon disque à côté !). A part ça, franchement, on ne peut rien reprocher à Nintendo World Cup qui signe ici une leçon de foot à tout ses concurrents, pour vous faire vivre les moments forts de la coupe du monde 19 ah non...2014 ! A conseiller à tout le monde, et plus particulièrement aux fans de foot (Note de Flappy : Pas moi !) !

 

 

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_16.png

Ouch...dur !

Nintendo-World-Cup--USA--Europe-_17.png

Ah ben oui, là, forcément...

 

 

 

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 18:11

758641-teenage_mutant_ninja_turtles___fall_of_the_foot_clan.png

 

Année : 1990

Editeur : Konami

Genre : Beat them all

Plateforme : Game Boy

Speedrun : Non

 

Auteurs : Cell_Boss et Flappy

 

 

Même si un blog consacré aux jeux de Game Boy semble hurler le mot ''nostalgie'', avec son lot de postillons monochromes et une haleine légèrement fétide (sans rapport avec la famille Adams) et pixelisée rappelant qu'alors qu'on fête les 25 ans de cette chère GB (et oui, nous sommes en l'an de grâce 2014 !), elle a l'estomac bien vide (ou trop plein d'acide gastrique ?) depuis la publication de son dernier jeu en 2003. Mais il y a moyen d'être bien plus nostalgique. Avec ça par exemple :

 

 

 


 

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Clan--U----.png

Les tortues ninja mutantes adolescentes

 


Ah les Tortues Ninja, une série culte aujourd'hui connue de tous, d'abord apparue en comics aux US. Mais c'est surtout pour le dessin animé (de Kevin Eastman, qui devait donc venir des pays de l'Est (?)), diffusé pour la première fois en France en 1988, qu'elles sont devenus célèbres, tellement célèbres qu'elles ont même eu le droit d’être présentes dans le line-up de la GameBoy lors du lancement de la console en Europe... rien que ça...

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-1.png

Quatre tortues d'enfer,

dans la ville !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-2.png

Chevaliers d'écailles et

de vynile !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-3.png Un membre du club échangiste

du pied

 

 

Et oui vous ne vous en doutiez pas mais les Tortues Ninjas (en anglais : Teenage Mutant (ou Hero, ça dépend des jours et de l'humeur) Ninja Turtles) Fall of the Foot Clan fait partie des quelques jeux présents lors de la sortie de la GameBoy en France en 1990 (le 28 septembre à 9h03 (le magasin était en retard)). A cette époque, la popularité de la série est telle que le jeu fut un succès foudroyant (bzzzt) et Konami fut contraint de vider ses stocks à maintes reprises pour pouvoir accéder à la demande (source : magazine Retropolis)...

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-4.png

Lancer de Shuriken

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-5.png

Une tortue qui saute une

moto. Etranges moeurs

sexuels...

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-6.png

Niveau bonus : tirer sur

des boules (...) pour

manger une pizza...!

 

 

Coté scénario c'est très (trop ?) simple : April O'Neil, une amie bien aimée des tortues, se fait kidnapper par Krang et Shredder, et quand Leonardo, Michelangelo, Raphael et Donatello apprennent la nouvelle, ils se précipitent à sa rescousse, terrassant au passage non pas un dallage (ton univers impitoyable), mais quelques ennemis emblématiques et joyeusement mutés tels Bebop et Rocksteady. Un scénario très classique que l'on pourrait toutefois qualifier de banal puisque presque tous les jeux de son époque avaient le même...
 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-7.png

Pizza et égouts... Pas de

doute, on est bien dans

les Tortues ninja !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-8.png

Rocksteady va rester 

tel un caillou

(hou c'est très mauvais !)

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-9.png

Pfff ! Mon préféré, c'est

Léo !



Le jeu est typé Action/plates-formes mais on peut toutefois le considérer comme étant un beat'em all (bourre-pif les tous !) puisque le principe est simple : on doit tout détruire sur notre passage. Et comme son nom l'indique (fall of the foot clan) ici on aura affaire au clan du pied (snif snif ? Je la sentais venir celle-là...), allant des robots ninja (marqués d'un pied sur le front) jusqu'aux chiens robotisés avec un bec de canard (les mousers de Stockman je présume ?). Vous l'aurez compris, ici, tout est permis.

 

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-10.png

Comment tu veux les

prendre au sérieux

après ça ?

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-11.png

Chauffe Marcel !

(Fred et Jammy ne sont

pas loin !)

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-12.png

Ce cher Stockman !

Où est ma tapette ?

 

 

Graphiquement le titre est vraiment sans reproche (mais il a quand même des proches, sinon c'est triste !), c'est beau et fluide, les personnages sont bien modélisés et très fidèles à la série, les rues (et surtout les égouts !) de Manhattan sont très bien représentées et quelques effets viennent s'ajouter ici et là. Et un petit tour dans le technodrome, ça ne se refuse pas ! Mais un problème apparaît rapidement à l’œil, c'est celui de l'écran monochrome de la GameBoy, en effet il est très difficile de pouvoir différencier entre les quatre tortues (elles se ressemblent toutes comme deux goûtes d'eau...enfin quatre !) qui se voient privées de leurs couleurs de bandana. Il devient alors impossible de savoir quel personnage vous manipulez sans avoir à vous fier aux armes qu'elles portent (ce qui, en soit, est déjà pas mal !). C'est un détail qui ne gênera pas trop les fans de la série, qui connaissent leurs tortues préférées par cœur, mais quand même... à part ça rien à signaler, la production reste malgré tout supérieure à se qui se faisait à l'époque sur GameBoy (en même temps, en face, on n'avait un dealer moustachu  ou des briques qui dansent le casatchok...).

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-13.png

Mais j'ai dis que je préfère

Léo !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-14.png

Attention : poissons

méchants !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-15.png

Chancelier allemand ?

Boite de conserve !



Coté Jouabilité c'est plutôt bien. Je dirais même que c'est l'avantage de ce genre de jeux. Nos tortues sont très maniables (bien qu'un peu pataudes), et répondent sans trop attendre à nos ordres. En revanche, ici, pas de combos hyper durs à faire, rien de tout ça : Konami joue la carte de la simplicité et c'est très bien !

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-16.png

Allons faire du golf dans

la dimension X !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-17.png

Encore une boite de

conserve ...

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-18.png

Petit cerveau dodu et

nerveux à vendre.

Armure incluse.

Prix à débattre.



Maintenant passons au point négatif du jeu : sa durée de vie (pourtant, ça vie vieux une tortue !). En effet, ici, vous aurez uniquement droit à 5 niveaux ! Oui, pas un de plus, et encore s'ils étaient longs... on boucle chaque niveau en à peine dix minutes, si vous prenez tout votre temps. Attendez, je compte 5 niveaux x 10 minutes de jeux pour chacun = 50 minutes de jeu... qui peuvent être bien moins si vous êtes pressés. C'est vraiment peu... d'autant plus que les niveaux sont d'une facilité exagérée. Je peux vous affirmer que si vous y allez à fond en étant bien concentré, vous ne verrez jamais l'écran de GameOver (ce qui a été mon cas !). Même les boss sont là pour... dire qu'ils sont juste là, en fait ! Et cerise sur le gâteau, tous les niveaux sont accessibles dés le départ, vous pourrez choisir entre les cinq niveaux proposés même si c'est la première fois que vous insérez la cartouche ! Konami vise ici clairement les moins âgés et on ne se plaindra pas trop de la facilité surprenante de son titre, c'est plutôt au niveau de la durée de vie qu'il faut aller chercher...







Graphismes : 9/10 

Ici Cell_boss (et piti Flappy !), reporter de CNN, nous sommes en 1990 pour couvrir la sortie de la toute nouvelle GameBoy en France, et si un jeu a bien attiré notre attention, c'est les Tortues Ninjas Fall of the Foot Clan, grâce à ses graphismes vraiment époustouflants, vraiment dignes d'une NES, console pourtant légèrement plus puissante (enfin, surtout en couleurs !). En fait l'avantage de cette GameBoy est presque d'avoir une NES dans sa poche mais juste en enlevant les couleurs, c'est plutôt innovant.


Gameplay : 8/10

Rien d'alarmant à signaler, les tortues sont bien maniables, les sauts sont bien gérés (en deux hauteurs différentes selon la durée de pression) et on peut même frapper tout en sautant ou balancer des shuriken en étant accroupi ! C'est très bien mais on regrette l'absence de combos, car le jeu se veut simpliste et reste avant tout destiné aux enfants.


Durée de vie : 4/10

Ici toujours Cell_boss (et piti Flappy) avec vous, il semblerait que le jeu dont nous vous avons parlé possède une durée de vie très limitée, une heure seulement quand on sait que le dernier Super Mario Bros 3 sorti il y'a à peine un mois en France sur NES proposait une durée de vie vraiment énorme, la comparaison devient vite ridicule entre les deux titres (c'est la perte des couleurs qui retire du temps de jeu, pas de doute !). Vous l'aurez compris, vous avez là le principal défaut du jeu, c'est très court d'autant plus que c'est trop facile et on aurait vraiment aimé en avoir plus, tant le jeu est agréable à prendre en main et nous encourage toujours à aller plus loin. Dommage.


Son : 6/10


Tiens j'avais même oublié de parler de la bande son lors de mon test, tant celle-ci manque de saveur (en dehors des écrans inter-niveaux). Et elle en demeure peu mémorable. Pas de panique, je ne veux pas dire qu'elle est mauvaise mais juste dire qu'on a une impression de déjà-vu (ou bien de déjà-entendu c'est mieux). Au début du premier niveau, c'est encourageant et dynamique, mais après ça devient vraiment classique.

 

 

 

 

 

Scénario : 4/10


Bon j'aimerais bien dire qu'il n'y a aucun scénario dans ce jeu, mais je ne peux pas. Le scénario est trop classique, madame se fait kidnapper et on part à sa recherche, du classique et encore une impression de déjà-vu surtout pour l'époque.




Conclusion :

 

Les plus :

- Les Tortues Ninja, c'est dans la poche !!!
- Graphiquement à la pointe pour l'époque.
- Maniabilité sans faille.
- Très facile, un jeu d'enfant !

(et ça n'a jamais été aussi vrai !)

Les moins :


- Durée de vie vraiment trop courte.
- Scénario vu et revu.
- Hardcore gamers passez votre chemin !




 

 

Note Générale : 7/10

La première apparition des Tortues Ninja sur la GameBoy était très attendue et n'a pas trop déçu, si ce n'est pour sa durée de vie vraiment trop courte, même pour l'époque. C'était très (trop ?) facile, mais on comprend l'ambition et la volonté de Konami à vouloir proposer un jeu accessible à tous et qui vise le public des fans du dessin animé. Et pour ça, c'était nickel. Mais attention, hardcore gamers boutonneux mais néanmoins amoureux du légendaire Ghost N Goblins, vous avez ici votre pire ennemi (ou votre meilleur ami, c'est selon)! La bande son est tout juste moyenne, mais pouvoir jouer aux Tortues Ninja n'importe quand et n'importe où (et vous, vous jouez où avec le votre ?), c'est vraiment grandiose. Les Tortues Ninjas Fall of the Foot Clan est un jeu à conseiller à tout le monde, introduisant de bien belle manière ses suites, dont l'épisode 2 qui nous proposera même une intro animée directement tirée du dessin du même parfum !


 

 

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-19.png

Nooooon ! Mon ptit Léo !

Teenage-Mutant-Ninja-Turtles---Fall-of-the-Foot-Cl-copie-20.png

Pfff...naze !

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 19:22

X_Game_Boy_game_cover.jpeg

 

Année :1992

Editeur :Nintendo

Genre :FPS

Plateforme :Game Boy

Speedrun :Non

 

Auteur :Flappy

 

 

Non, ceci n'est pas un film porno.

 

 

Encore une exclue japonaise ! Et celle là, je pensais qu'elle avait franchi les frontières du pays du soleil levant. Alors qu'avons nous là ? Un FPS ? Sur Game Boy ? Tu veux dire, comme  Battlezone , cette bouse intersidérale ? Et bien non, celui-ci, c'est un vrai bon jeu.

 

X--Japan-_01.png

Déjà, là, grande classe !

X--Japan-_02.png

Hem...hein quoi ?

 

 

Et oui, un bon jeu. Du moins, si l'on prend en compte le fait qu'il est sorti voilà plus de 20 ans. Le scénario étant assez obscure (enfin, surtout en japonais...), je ferai confiance à Wikipédia pour vous en expliquer les tenants, aboutissants et autres raisons de tirer partout (mais si, c'est un FPS!).

 

X--Japan-_03.png

Sauvé, le général nous

explique tout (hem...)

X--Japan-_04.png

En jeu. Ouais, 20 ans...

 

 

Ainsi, en l'an de grâce XXXX (bienvenue dans les années 90...), la Terre est surpeuplée. Du coup, il faut chercher une nouvelle planète, dans l'espace (oui, car si on creuse ça risque d'être compliqué...). La planète Tetamus 2 est découverte et a, chouette, un environnement comparable à celui de la Terre, mais avec en plus un sol riche en ''Power Crystal'' (cristal d'énergie), un minerai pouvant être transformé en énergie via l'utilisation d'un silo nucléaire (encore une fois, bienvenue dans les années 90...ou 50...au choix!). Du coup, ben, ça a l'air cool pour l'avenir de l'humanité. Sauf que le jeu, c'est un FPS, pas un simulateur de foreuse martienne. Du coup, on se rend compte que des extraterrestres rodent dans le coin, et détruisent à coup de croiseurs spatiaux les transporteurs de cristaux. Au passage, les aliens cherchent à utiliser Tetamus 2 comme base pour envahir l'univers. Rien que ça. En même temps s'ils galèrent à en conquérir une encore quasiment vide, on ne risque pas grand chose... ! Pour empêcher qu'une telle chose arrive, le tank de l'espace (!) VIXIV est envoyé sur place pour détruire les forces aliens. Oui, seul. Ca ne doit donc vraiment pas être une grande menace...

 

Bref, c'est aux commandes dudit tank, dans un environnement 3D fil de fer que l'on va chercher à annihiler la menace.

 

X--Japan-_05.png

Un tank alien

X--Japan-_06.png

Boom

X--Japan-_07.png

Champi post-explosif !

 

 

Le jeu nous met donc aux commandes de ce char. Pour masquer quelque peu la misère de la 3D sur un tel support, une interface entoure la fenêtre par laquelle on regarde à l'extérieur. Sur cette interface, on trouve un radar (qui permet de détecter des ennemis, ou des cibles, souvent accompagnés d'un son strident quand la menace est proche), une carte (le monde est découpé en 8 petites zones sur lesquelles on se déplace), une jauge d'énergie, un chrono si le temps est limité (par exemple, si des bombes géantes sont posées au sol et sont sur le point d'exploser...).

 

X--Japan-_10.png

Base de réapprovisionnement

X--Japan-_11.png

Un JetpacK ! Trop la classe !!

 

 

Plusieurs armes sont à notre disposition. Bien entendu, on peut tirer une sorte de double laser (l'un de gauche, l'autre de droite, mais ne faisons pas de politique s'il vous plaît), mais les postes de radio disposés çà et là sur la planète servent également de base de réapprovisionnement où l'on peut s'équiper d'une arme secondaire : une bombe ou un missile à tête chercheuse. D'autres options sont accessibles, un jet-pack vous permettant de voler (oui oui oui!) et un objet appeler ''High Ex'' dont l'effet ne m'est pas paru bien clair...On peut voler donc disais-je, mais pas uniquement grâce au Jet Pack, car notre tank peut voler, tout court ! Régulièrement, on peut trouver des rampes (une pyramide faite de 4 fils de fer) sur lesquelles on peut s'élancer pour décoller. La carte est également parsemée d'arbres. Pour ne pas être trop vide, probablement...

 

Le jeu nous propose alors une dizaine de missions, chacune introduite par les instructions données par une tête en 3D rappelant (mais en plus vieux) le boss de Star Fox premier du nom. Au programme, destruction de tanks ennemis, de bombes, etc. Si le jeu est en japonais, il a l'avantage d'expliquer chaque mission avec une petite vidéo en 3D. Du moins en version cartouche, car ici, je n'ai pas réussi à finir le tutoriel...

 

 

Graphismes : 8/10

 

Ils sont très difficiles à noter, tant ils ont mal vieilli. De la 3D sur GB, relativement riche, et des vidéo explicatives au début de chaque mission, en font tout de même une référence pour le genre. Même si, bien évidemment, cette 3D n'est pas texturée (on n'a que des fils de fer pour représenter les volumes, et on voit au travers, même pour les tanks ou les bases!). Une performance technique pour l'époque !

 

 

Gameplay : 8/10

 

Lui aussi à vieilli, mais il se trouve être incroyablement riche. En plus de pouvoir se déplacer au sol en avant, arrière, de tourner et de tirer (le minimum pour un FPS), on peut voler, et donc réellement ajouter la troisième dimension aux déplacements du véhicule. Ajoutez à cela quelques mouvements et tirs supplémentaires, et c'est gagné. Quand on sait que ce jeu est le coup d'essai des anglais d'Argonaut Games pour Nintendo avant de développer l'excellent et innovent Star Fox sur SNES, ça n'est pas vraiment une surprise !

 

 

Durée de vie : 6/10

 

Seulement 10 niveaux et un défit dont la difficulté réside principalement dans...la langue du jeu. Si le jeu est une réussite, il n'en reste pas moins vrai qu'il a salement vieilli, en particulier sur un support auquel il n'est pas vraiment adapté. La rejoibilité n'est donc pas très importante, même si le jeu est une intéressante curiosité !

 

 

Son : 6/10

 

La musique accompagnant la majorité du jeu est spatiale si non spéciale. Un peu énervante sur la longue peut-être...Mais elle n'est pas la seule, et d'autres musiques plus agréables pointes parfois le bout de leurs notes. Quant aux bruitages, ils sont classiques et à la limite du supportable sur la durée...

 

 

Scénario/Ambiance : 7/10

 

Un scénario affreusement classique, mais comme je le dis quand il y a un scénario : il existe ! Niveau ambiance, c'est froid. Très froid...mais constant. L'espace quoi !

 

 

Conclusion

 

Les plus

 

- Un jeu en 3D maîtrisé sous

tous rapports!

- Pan pan boom kill the alien !!!!

Les moins

 

- Un peu vide, tout de même.

- Des bruitages à la longue énervant.

- Pourquoi on n'a pas eu droit à un

Star Fox sur GB ?

 

 

Note générale : 8/10

 

En étant tout à fait honnête, aujourd'hui, cette note est trop élevée. Non pas parce que les jeux GB ne sont plus d'actualité techniquement (dans ce cas, je ne mettrais que des mauvaises notes), mais parce que celui-ci a vraiment vieilli, pas vraiment en bien. MAIS ! Mais ce jeu est une énorme performance technique. Rappelez-vous qu'on est en 1992, sur une console portable 8 bits ! Un vrai jeu en 3D, sérieux ! Au final, pour ce que permet la machine, ce jeu est parfaitement maîtrisé, parfaitement réalisé. Bien sur, le plaisir du jeu n'est pas comparable avec un Zelda, et c'est pour ça qu'il n'aura pas une note parfaite. Et puis, quoi, on est en l'an XXXX, tout est possible !

 

boss.png

Boss final. Et oui...

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 19:06

double-dragon-usa-europe.png

 

Année : 1990

Editeur : Tradewest

Genre : Beat Them All

Plateforme : Game Boy

Speedrun : Non

 

Auteurs : Cell_boss et Flappy

 

 

Tatane sur commande

 

Double Dragon, le beat'em all le plus célèbre des eighties (ben oui, c'est mieux en anglishe!) débarque enfin sur GameBoy ! Voyons voir ce que cela procure comme sensations de pouvoir l'emmener, partout où on va, dans nos poches...

 

DD1.png

L'enlèvement de petite amie, un grand classique

(n'est ce pas Spirit?)

 

Pour commencer, le jeu se déroule à New York (Pooooooomme!). Vous incarnez Billy et Jim Lee, deux frères enseignant les arts martiaux. Jusqu'ici tout va bien, mais un jour la petite amie de Billy est kidnappée par un gang urbain ! Les deux frères décident alors d'aller directement régler leurs comptes avec la bande adverse. Plutôt banal comme scénario mais l’intérêt du jeu ne repose absolument pas sur ce genre de détail minime, on imagine mal un joueur dans les années 80 (un peu de français c'est bien aussi) acheter Double Dragon juste pour le scénario.
 

DD2.png

Et c'est reparti...



La prise en main est immédiate et le personnage est très agréable à manier. Les flèches servent à se déplacer, le button A sert à frapper un coup de poings, tandis que B sert pour les coups de pieds. Très simple à maîtriser au début. La difficulté augmentera petit à petit au fil de votre progression dans le jeu.
 

DD3.png

Encore 7 comme ça, et on saura

qu'on est bien sur une console 8 bits...

 

Quant aux graphismes, bien que Double Dragon soit l'un des premiers jeux sortis sur notre Game Boy préférée, on ne sera absolument pas déçus, puisque le jeu exploite ses capacités à merveille ! Les décors sont riches! Ajoutons à cela des personnages sont très bien modélisés (à l'exception des boss, vraiment bizzares) et on obtient une vraie prouesse technique pour l'époque.

DD4.png

A défaut d'en avoir 8, on peut au moins

en ramasser une!



Pour le reste, l’intérêt principal du jeu consiste à massacrer ses adversaires avec des coups de poings en pleine poire (ce qui est étonant, vu qu'on est dans la grande pomme) ou bien des coups de pieds. La différence entre les deux réside en les dégâts qu'ils font subir aux adversaires ainsi bien malmenés. Vous aurez besoin de huit coups de poings pour tuer un adversaire, tandis que quatre coups de pieds suffiront pour vous débarrasser de votre ennemi. Et, cerise sur le gâteau, on aura la possibilité de ramasser quelques armes telles que la batte de base-ball ou un tonneau ! Autant le dire ça va faire mal !

 

DD5.png

Toi, tu vas morfler!

 

Et puisqu'on a uniquement parlé des qualités du jeu, attardons nous un peu sur ses défauts. Ou plutôt devrais-je dire son unique défaut. Hem hem... Donc le principal défaut de ce jeu (et comme la plupart des jeux de son époque) c'est sa difficulté mal dosée. Le premier niveau passe beaucoup mieux que les autres, mais c'est dans le deuxième niveau que les choses sérieuses commencent, et où tout se complique. Les ennemis sont de plus en plus nombreux et résistants, les boss de fin de niveau sont tous très costauds et vous donneront beaucoup de fil à retordre...Et pour couronner le tout, après avoir éteint votre console vous n'aurez plus aucun moyen de reprendre là ou vous vous êtes arrêtés, et aucun mot de passe ne vous sera fourni... Rajoutez à cela que, lorsque vous perdez toutes vos vies, vous devez recommencer l'aventure depuis le début... Pas très cool en effet, pour un jeu plutôt long, très dur, et qui nécessite vraiment de la patiente au risque de vouloir considérer sa GameBoy comme une bonne vieille balle de baseball à chaque fois que l'on se prend l'écran de gameover...  

 

DD6.png

T'étais prévenu...!

 

Graphisme : 8/10 


Rien à dire sur ce point, les décors sont riches, les personnages très bien modélisés (compte-tenu du support). C'est beau, très réaliste (pour autant qu'un jeu en 2D vue de côté constitué de 23040 pixels par écran peu l'être!), et aux débuts de la console, on ne pouvait guère faire mieux.

 

DD7.png

C'est moi, ou sa tête est floutée?

Ah ces japonais...

 

Gameplay : 8/10

L'avantage indiscutable de la série est bien entendu le gameplay ! Quel plaisir de pouvoir contrôler le personnage et de refroidir les méchants ! Mais on regrette vraiment l'absence totale de combo à effectuer. C'est vraiment dommage.

 

DD8.png

Non non, vous n'êtes pas dans le Seigneur

des anneaux. Ou alors c'est celui destiné à la petite amie enlevée?

 

Durée de vie : 7/10

Le jeu est plutôt long et très divertissant. Mais la difficulté est mal gérée...Ajoutez à cela l'impossibilité de sauvegarder sa partie et l'absence de système de mots de passes, c'est vraiment regrettable...

 

Son : 8/10

Une musique pour chaque niveau, généralement de bonne facture, en particulier celle du premier niveau qui marquera vraiment votre enfance (rétroactivement) comme ç'a été le cas pour moi ! 


Scénario/Ambiance : 5/10

Le scénario est vraiment banal et à part une petite scène d'intro qui montre la petite amie de billy se faire kidnapper par les méchants, le scénario saura manquer à l'appel pour le restant du jeu.

 

Conclusion

 

Les plus

- Le beat'em all des années eighties

(mouais ça marche moyen comme ça...)

dans la poche !
- Le Gameplay
- Graphiquement au top

Les moins

- Un scénario ? Kewa ?!
- Difficulté mal dosée
- L'absence de sauvegarde ou de système de

mot de passe



Note générale : 8,5/10

On va tout résumer en trois mots : (très) beau, divertissant et difficile. Voila ce que l'on pourra retenir de la première apparition de Double Dragon sur notre console portable préférée! Le scénario, décevant comme à son habitude, est accompagné d'une difficulté elle aussi digne de son époque. Mais au moins, à l'époque, on pouvait se vanter de ramener notre GameBoy dans les salles d'arcade et de montrer aux autres qu'on pouvait y jouer n'importe où et n'importe quand. Pas besoin d'attendre que la salle ouvre à 10h du matin, et patienter dans la file d'attente jusqu'à ce que notre tour arrive enfin pour pouvoir y jouer. On pouvait aussi leur montrer qu'on avait pas à se ruiner à chaque fois qu'on perdait la partie (seulement quand on achetait la machine et le jeu!). Voilà les arguments qui font de ce jeu un grand hit sur GameBoy, et un vrai must-have pour l'époque! Et même aujourd'hui le plaisir n'a guère changé, alors qu'attendez vous? Vive les mandales portables!

 

DD9.png

L'écran le plus désagréable du jeu...

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 22:56

Gargoyle-Quest-Jaquette.jpg

 

 

 

Année :1990

Editeur :Capcom

Genre :Action/RPG

Plateforme :Game Boy

Speedrun : http://tasvideos.org/2033M.html

 

Auteur :Flappy

 

 

Notre-Dame

 

 

'' Il y a longtemps, le royaume des goules échappa de peu à un grand péril.

Une grande armée de Destructeurs vint d'un univers voisin.

Les créatures habitant le royaume des goules n'était rien face à la puissance des Destructeurs.

Alors que tous avait perdu espoir, un grand feu traversa le ciel du royaume, annihilant l'armée des Destructeurs.

Des centaines d'années ont passé et le royaume est de nouveau menacé...''

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 01

Mouahahahahahah !

 

 

C'est sur ces mots que ce jeu, classique parmi les classiques, commence. Classique ? Mais tout de même, c'est quoi Gargoyle's Quest ? Il s'agit d'un jeu où l'on incarne Red Arremer, renomé Firebrand pour l'occasion (et coloré en vert, aussi), une gargouille (des fois qu'on n'ait pas encore compris!) tirée de l'univers de Ghosts'n Goblins, série mythique commencée en 1985 dans les sombres salles enfumées. On y prenait le contrôle du chevalier Arthur devant libérer sa mie (parce qu'il aime le pain, Arthur). Parmi les ennemis rencontrés, Firebrand n'était pas le moins chiant. Toujours est-il que Capcom a trouvé bon de faire une série spin-off avec ce personnage, dont le premier jeu est celui qui nous intéresse aujourd'hui, et qui sera suivit par deux autres opus, Gargoyle's Quest II (original!) sur NES, et Demon's Crest sur SNES.

 

red arremer002

L'effet Spirit : Gargoyle's Quest.

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 02

Bouh qu'il est laid ! Bon, en même

temps, c'est une gargouille,

on peut l'excuser... !

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 03

Si si, c'est bien son nom !

 

 

Le jeu commence à peine qu'une ribambelle de goules vient mourir à nos pieds, nous suppliant de revenir dans le royaume pour le sauver (le royaume). Il faut savoir que l'on est planqué dans une autre dimension (encore une...!), et que comme d'hab, on est la seule créature capable de sauver le monde. Une histoire de prophétie, comme usuellement (comme disent les britishs). Avec l'option feu sacré qui ramène la paix. Oui oui. Il faut voir que la dimension où l'on est planqué semble, en tout et pour tout, grande comme un studio parisien. Le temps de sauter dans le portail dimensionnel, nous voilà en vue de côté, monde glauque et fantômes sont fournis !

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 04

Esprit de feu (hips),

fantôme et fiole presque

transparente (et très proche

de Warioland )

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 05

Y a pas que moi qui vole !

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 06

Boom !

 

 

Fort heureusement, Firebrand est bien équipé pour survivre dans ce monde fortement amoché. Il est même équipé pour l'amocher encore plus, mais il se contentera d'amocher salement les ennemis qu'il rencontrera. Pour cela, il peut bouger et sauter, jusque là rien de surprenant. Mais en plus, il peut voler (capacité s'améliorant au fur et à mesure du jeu), cracher du feu (idem), s'accrocher aux mûrs pour les grimper à petits sauts. Là tout de suite, ça le fait plus ! Attention cependant à ne pas prendre trop de coups, en fait plus de un, sans quoi on explose lamentablement...

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 07

Gros poisson

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 08

Open the dooooooooooor

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 09

Sortie du portail

 

 

A la fin du niveau, si on veut l'appeler comme ça, un boss nous attend devant la porte de sortie de la ville. Une espèce de gros poisson punk, volant et cracheur de feu-follets vicieux. Rien que ça. Une fois vaincu, le poisson explose et la porte s'ouvre. On se retrouve alors sur la carte du monde, en vue de dessus, un peu à la Zelda. A cela près qu'on se fait attaquer aléatoirement (comme Zelda 2 sur NES). Dans ce cas, on se retrouve en vue de côté, comme en ville, et on en sort lorsque tous les ennemis rencontrés sont vaincus.

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 10

Blabla ? KIIIIIIIIIIIIIILL !!!

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 11

Bouclier fantôme.

On dirait le nom d'une mission

de l'armée américaine...

 

 

On rencontre aussi des gens sur la carte, avec qui on peut discuter. Ou se battre, aussi. Bah...On appréciera les paroles prononcées par ces ennemis avant de nous attaquer : ''you're not leaving here'', ou ''tu ne t'en vas pas ici'' (pour vivre, faut écrire ''living'' bande de patates de traducteurs!).

 

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 12

Un village

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 13

Le même,

mais vu de dedans,

c'est pas pareils.

Gargoyle's Quest - Ghosts'n Goblins (UE) [!] 14 Le grand chef

du petit village.

 

 

Bien entendu, si l'on se ballade sur une carte à partir d'un lieu, c'est pour en atteindre un autre. Et caetera (=etc.). Et ici, on commence par rejoindre une ville, avec son lot habituel d'informations importantes (récupère des talismans, tu pourras sauver des gens!), de codes pour reprendre (pas de sauvegarde ici), et de missions pour faire avancer le jeu. En l’occurrence, je dois retrouver le bâton du chef du village pour pouvoir améliorer mes capacités.

 

Une fois arrivé dans ce village, on apprend le chant de la résurrection, ce qui permet de ne pas recommencer à zéro quand par erreur on tombe dans un gouffre de flammes...

Malgré tout, un Game Over, ça refroidi, même en tombant dans du feu. Alors je vous propose de reprendre le jeu, ça vaut le coup, vraiment ! Ou au pire, regardez le Speedrun, c'est sympa aussi, surtout si vous voulez sauver le monde des goules ! En attendant, notons (non, pas Amélie)!

 

 

Graphismes : 8/10

 

Peu variés (cela reste un univers gothiques assez consistant mais un peu répétitif), ils sont fins, comparés à la moyenne des jeux GB. Fins et beaux. Et les sprites (les personnages) sont assez grands et détaillés. Belle performance, un an seulement après la sortie de la machine !

 

 

Gameplay : 9/10

 

Très bien géré, avec une panoplie de mouvements qui s'améliorent au fur et à mesure du jeu. La composante RPG est bien utilisée, ça apporte une diversité très bienvenue !

 

 

Durée de vie : 9/10

 

Une bonne dizaine d'heures seront nécessaires pour en venir à bout. Et comme la plupart des RPG qui se sont décidés à sortir chez nous sur GB, on y reviendra avec plaisir, plus tard. De toute façon, 10h de jeu, sans rallonge artificielle due à la difficulté, reste déjà tout à fait honnête sur cette machine ! Un hic seulement : le jeu est intégralement en anglais et n'a pas profité d'une traduction française...!

 

 

Son : 9/10

 

Excellent ! Les thèmes sont sympa comme tout, ils ont même été jusqu'à proposer des sons différents quand les personnages parlent, selon qu'ils soient adultes (grave) ou enfants (aigu) !

 

 

Scénario/Ambiance : 10/10

 

Par contre, ici, l'univers consistant apporte beaucoup, et on a un vrai scénario avec comme différence par rapport à l'habitude qu'au lieu de sauver le monde des humains avec un chevalier, on sauve le monde des goules avec une gargouille. C'est cool !

 

 

Conclusion

 

Les plus

 

- On joue le méchant !

- On crache du feu !

- Un bon scénar, de la bonne zik, des bons graphismes,

bref la totale !

- Des poissons punk cracheurs de feu !!!!

Les moins

 

- Pas de sauvegarde

- On joue le méchant

(non je déconne, ça c'est cool!)

 

 

Note générale : 9/10

 

Grand classique sur Game Boy, ce jeu n'est pourtant pas aussi connu que Zelda. En étant honnête, il lui est quelque peu inférieur. Mais tout de même, on joue une créature qui d'habitude est belliqueuse, en profitant des pouvoirs qui normalement sont contre nous ! Le tout servi de belle manière, avec de belles musiquettes, et une touche RPG bien agréable. Une vraie réussite, précoce sur le support. Merci Capcom !

 

Gargoyle-s-Quest---Ghosts-n-Goblins--UE-----_15.png

Bon, on peut pas tout avoir !

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 19:49

585995_3044_front.jpg

 

Année :1990

Editeur :Athena

Genre :Sport (Bowling)

Plateforme :Game Boy

Speedrun :Non

 

Auteur :Flappy

 

 

Non, pas la gouttière !!!!

 

 

Une petite sortie jap, ça faisait longtemps ! Depuis nos amis les Kamen Riders, je n'avais pas osé. Notez que, cette fois, le jeu n'est pas une exclue japonaise, bien que la boite le fasse croire. Ce jeu de bowling étant sorti aux US également. C'est tellement...spécial, que je ne pensais pas qu'il avait passé la frontière. Mais bon, je n'ai qu'une cartouche jap, alors allons-y !

 

World-Bowling--Japan-_01.png

Si je comprends bien, le jeu se passe entre le Japon,

la Chine, les USA, le Canada, l'Angleterre et...la France ? Cocorico !

 

 

Un jeu de bowling, donc, qui vous propose de faire le tour du monde lors d'un grand concours. Si j'ai bien compris. Démarrant au Japon, il vous mènera jusqu'en Grande Bretagne (GB, bien sur) en passant par la Chine, les USA, le Canada (c'est à côté, facile) et la France (grande patrie du bowling, c'est bien connu). Pour gagner, il faut alors marquer un certains nombre de points, de 200 au Japon jusqu'à 250 en Angleterre (le maximum possible étant 300 points).

 

World-Bowling--Japan-_02.png

Tout, tout, tout vous saurez tout sur le bowling

 

 

Après avoir choisi entre Barbie et Ken (mais version manga et sans aucun rapport avec Mattel), le tour du monde commence. On se retrouve alors face à la piste, où il faut choisir le poids de la boule (il me semble) ainsi que la marque des chaussures que l'on porte. Ah non, pas ça en fait. La piste est vue à la fois de face et de dessus. On peut alors placer son avatar (qui n'est pas bleu ici), gérer l'angle de tir et sa puissance. Et prier pour éviter la gouttière. Remarquez, ça se maîtrise assez vite.

 

World-Bowling--Japan-_03.png

Appuyez sur B pour voir l'état d'avancement de la partie

 

 

Les scores imposés n'en restent pas moins difficiles à atteindre, et demanderont un assez bon contrôle du jeu. Passé ce constat, il faut bien admettre que le jeu tourne très vite en rond pour ne jamais se renouveler, et finalement lasser assez rapidement.

 

 

Graphismes : 5/10

 

Même si les graphismes sont simples et clairs, ils n'en demeurent pas moins qu'un seul écran est disponible. Allez, deux si l'on prend en compte le fait qu'il y ait deux perso. Pas de grosses prises de risque quoi...

 

World-Bowling--Japan-_04.png

Toi tu vas rater ton coup !

 

 

Gameplay : 6/10

 

Réglage du poids de la boule (encore une fois, il me semble que c'est ça), de l'angle et de la puissance du tir. Je ne sais pas si d'autres choses auraient pu être apportées, mais le jeu manque d'un petit quelque chose qui permettrait de s'améliorer. Un grain de folie peut-être? Bon, de là à gagner des niveaux entre les tirs hein...on n'a tout de même pas affaire à un Final Bowling RPG World Saving ! La physique des quilles est parfois un peu étrange...

 

 

Durée de vie : 3/10

 

Trois possibilités :

  1. On maîtrise le jeu et on aime jouer au bowling sur GB, la fin arrive assez vite.

  2. On ne maîtrise pas le jeu et le bowling sur console portable à un intérêt limité, la fin arrive assez vite : on range la cartouche et on l'oublie.

  3. On s'en fou et on joue à deux. Une partie seulement, car après on se rend compte qu'on n'y arrive peu ou que le jeu présente un intérêt limité.

 

Son : 5/10

 

Une mélodie par pays visité :

  • une musique typique GB qui fait penser à Docteur Mario au Japon

  • une caricature de musique chinoise en Chine, qui fait penser au dernier niveau de Super Mario Land

  • on se croirait en plein super bowl 8 bit pour les USA

  • une musique de jeu d'aventure pour le Canada

  • une valse ringarde à souhait pour nous autres pauvres français

  • une musique façon Kirby  pour l'Angleterre, mais une version qui donnerait mal au crâne (histoire de rendre bien difficile la progression...)

 

Et la musique de l'écran titre, survolté mais énervante.

 

 

Scénario/Ambiance : 3/10

 

Le scénario réduit à son strict minimum : il faut gagner (je n'en sais pas plus). L'ambiance aurait pu être grandement améliorée, ne serait-ce qu'en ajoutant un petit écran disant quand on fait un Strike, un Spar, etc. Dommage.

 

 

Conclusion

 

Les plus

 

- un joli écran

- un mode deux joueurs

Les moins

 

- un SEUL joli écran

- des musiques assez énervantes

- c'est mieux sur Wii, et en plus

c'est offert avec la machine !

 

 

Note générale : 4/10

 

Adapter un jeu de bowling sur console portable pourrait avoir un minimum d'intérêt si un scénario s'y prêtait. On pourrait imaginer des cut-scènes avec différents personnages qui complotent, comme aiment tant le faire les japonais. Imaginez un équivalent de Dodge Danpei version bowling ? Avec la balle qui met deux plombes à atteindre l'autre bout de la salle, mais à grand renfort d'effets visuels ! Malheureusement, ici, on est devant un titre du même genre qu'un Wii Play bowling. Si ce jeu n'est pas fabuleux, il permet au moins de faire le con devant sa télé avec des potes. Là, ben on se dit juste qu'on a été con de dépenser autant dans une cartouche si vide (le jeu pèse 20ko!)... ! Alors là, non, on ne dira pas que c'était mieux avant. Enfin si : j'ai découvert ce jeu après la Wii !

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 19:36
vol1.jpg vol2.jpg

 

 

Années :1992 / 1993

Editeur :Interplay

Genre :Jeu de société

Plateforme :Game Boy

Speedrun :Non (en même temps...)

 

Auteur :Flappy

 

 

Je mets mon fou en sur ton double 2, et alors ça fait un Yahtzee

 

 

Après le test du merveilleux  Mystic Quest , revenons à quelques cartouches moins brillantes de notre chère portable (qui, il est vrai, n'est pas donnée, surtout s'il s'agit d'un Itruc avec une coque GB). Aujourd'hui, donc, un double test pour la série des 4-in-1 Funpak (oui, avec une faute).

 

4-in-1-Funpak--E-----_01.png

Au moins c'est honnête

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_12.png

Un peu plus beau que le premier ?

 

 

Ces deux jeux contiennent, comme leurs noms l'indiquent, chacun 4 jeux. De société. Oui, vous savez, les jeux que normalement on a sur un plateau. Et bien là, vous pouvez y jouer sur votre GB. C'est cool non ? Et bien...non.

Commençons par le volume I, qui n'est pas nommé par son volume, mais on fera avec (sinon, on va se perdre). Sur un fond musical sympathique si peu original, le jeu nous présente l'équipe à l'origine du programme avant de nous proposer de jouer seul, à 2 ou à 2 GB. Bien entendu, je ne testerai que les versions solo. Ces 4 jeux ? Voici :

 

 

Les échecs ''Sargon''

 

4-in-1-Funpak--E-----_03.png

Premier ? T'es sûr ?

4-in-1-Funpak--E-----_04.png

La passion avec un grand E

(comme ennui)

4-in-1-Funpak--E-----_05.png

Gagné

(bon ok, c'était au niveau 1)

 

 

Après avoir proposé de jouer blanc ou noir, le jeu nous permet de régler le niveau de l'ordinateur selon 6 degrés. Et après ? La partie, seule et vide, sans la moindre musique. Enfin, on a quand même droit à quelques affreux bruitages, pas de quoi se faire plaisir. Si encore on avait droit aux quelques mots digitalisés de Chessmaster !

 

 

Les dames

 

4-in-1-Funpak--E-----_06.png

Au moins l'image est belle...

4-in-1-Funpak--E-----_07.png

Austère.

 

 

Pour les dames, c'est exactement la même que pour les échecs, en plus chiant cependant...On notera que les pièces étant mal dessinées, il est difficile de savoir où l'on est, ce qui est très (trop) régulièrement sanctionné par un retour de la pièce à sa position d'origine. Enfin, cela m'aura permis de trouver comment mettre de la musique, et ça n'est pas en allumant ma chaine hifi : appuyer sur Select donne accès à un menu permettant de quitter la partie (ouais!!!), de modifier la difficulté ou encore...de mettre de la musique. Deux thèmes sont proposés, peu inspirés, mais au moins c'est mieux que rien. Suivant !

 

 

Le Backgammon

 

4-in-1-Funpak--E-----_08.png

Du ''dice'' time !

(version société du bullet time)

4-in-1-Funpak--E-----_09.png

Oh le beau plateau !!!

 

 

Là ça commence mal : je n'ai jamais su jouer au Backgammon ! Sinon, ça commence à nouveau de la même façon, avec choix de sa couleur et niveau de difficulté. Et comme je ne sais pas jouer, je vais plutôt faire quelques autres remarques. 1) la musique a été à nouveau coupée. Fuck. 2) à chaque erreur (en grand nombre quand on ne sait pas jouer), le jeu nous sert un atroce bruitage donnant de sérieuses envies de meurtre. C'est peut-être pas l'idée du siècle d'avoir mis les noms de tout le staff...

 

 

Le Reversi

 

4-in-1-Funpak--E-----_10.png

Spécial épilepsie

4-in-1-Funpak--E-----_11.png

En train de perdre...

 

 

Le reversi, c'est un autre nom pour l'Othello (peut-être ont-ils trop de respect pour Shakespeare pour appeler leur jeu comme ça ?). Le but est donc de convertir les pièces de l'adversaire, afin d'avoir à la fin plus de la moitié des pièces à sa couleur. Comme je n'ai pas grand chose de plus à dire là dessus, je vous fais un cadeau :

 

 

 

 

 

Vous ne me haïssez pas trop ?

 

Bon, passons au volume II maintenant, peut-être aura-t-il d'autres choses à nous proposer...

 

4-in-1 Fun Pak Volume II (USA, Europe) 12

Rappel, au cas où...

 

Quatre nouveaux jeux donc. Enfin, nouveaux, façon de parler :

 

 

Le solitaire

 

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_13.png

Bel effet de profondeur

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_14.png

J'ai les yeux qui piquent

 

 

Au moins, cette fois, la présence de ce jeu en solitaire est à peu près logique ! Plusieurs modes sont proposés (standard ou Vegas) et on peut choisir la façon dont les cartes sont tirées (par une ou trois, etc.). Mais le jeu est d'un manque de clarté absolument affreux : mes yeux saignent ! Au lieu de montrer toutes les cartes, un petit chiffre est calé derrière la première visible, c'est juste pas du tout ergonomique. Même ce jeu là, il est raté. Bon, au moins, on note que maintenant la musique est par défaut enclenchée. Par contre, elle me semble très proche de celles du premier opus. Les bruitages sympathiquement homicide du premier opus sont également de retour...

 

 

Les dominos

 

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_15.png

On dirait un Snake

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_16.png

Franchement, on s'y croirait non ?

 

 

Là on commence à sentir qu'on va méchamment toucher le fond. Les dominos, franchement, sur GB ??? Bon...la partie se passe comme sur un jeu classique : il faut aligner les dominos jusqu'à n'en avoir plus, en faisant correspondre les chiffres des dominos que l'on possède avec ceux posés sur la table. Quand ça n'est pas possible, pioche ! Le jeu est prévu pour deux joueurs, du coup la console attend qu'on la donne à l'autre joueur quand c'est au tour de l'ordi. Brillant...

 

 

Le ''Cribbage''

 

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_17.png

Comme d'hab, le seul intérêt

graphique du jeu...

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_18.png

???

 

 

 

Je n'ai aucune idée de ce qu'est ce jeu. Après un coup d'oeil sur Internet, il semble qu'il s'agisse d'un jeu où le but est d'atteindre 121 points en faisant le tour de la table de jeu, les points se gagnant en jouant des cartes. Le point important est d'avoir des plumes indiennes sur la tête tout en écoutant les Village People (et donc, en ayant un deuxième joueur habillé en policier). Une fois toutes ces conditions réunies, quelques tours de tables sur les mains en imitant le canard achèvent de vous ridiculiser. Mais sinon, comme aucune règle n'est expliquée dans le jeu je n'en sais pas plus...

 

 

Le Yahtzee

 

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_19.png

Un beau finish en profondeur !

4-in-1-Fun-Pak-Volume-II--USA--Europe-_20.png Grand maître catégorie austérité !

 

 

Et enfin le yahtzee, ce jeu où il faut essayer de marquer un maximum de point en faisant différentes combinaisons avec 5 dés. Chose amusante on peut jouer seul ici. C'est d'ailleurs la seule chose amusante, tant ce jeu est dépouillé et dépourvu du moindre intérêt ludique...On notera que l'on fait rouler les dés avec la touche Select (pas logique), qu'entre chaque lancé on sélectionne les dés à relancer, pas ceux à conserver (pas logique?) et que lorsqu'on clique sur roll, c'est la sélection des dés qui est accessible. Non, pas logique.

 

 

Bon, passons aux notes. Et contrairement à la  Trilogie Star Wars , une seule note par catégorie suffira pour qualifier ces deux jeux...

 

 

Graphismes : 2/10

 

Et je suis gentil, surtout quand on considère la fumisterie de certains jeux. On va dire que c'est à peu près lisible, et encore pas tout le temps. Heureusement qu'il y a quelques beaux écrans pour introduire ces jeux...

 

 

Gameplay : 3/10

 

Pas toujours réussis (en particulier pour le Solitaire ou les Dames), il n'est surtout pas varié (p'avarié?), malgrès la simplicité du propos. Même ça ils l'ont raté !

 

 

Durée de vie : 1/10

 

Ben oui : ces jeux n'ont aucun intérêt ! Bon, si on est seul, sans famille ni jeu de carte, ça peut toujours servir, mais qui paye la GB dans ce cas ?

 

 

Son : 0/10

 

Le nombre de '' TA GUEULE !! '' gueulés (!) par votre serviteur durant l'écriture de ce test suffit à me faire noter au plus bas ce critère. Des sons atroces de temps en temps accompagnés d'une musique sans saveur. Berk.

 

 

Scénario/Ambiance : 0/10

 

Pas de scénario : ce sont des jeux de société. Pas d'ambiance : ça se joue à plusieurs, sur une table. Ou même seul, mais sur une table. Na.

 

 

Conclusion

 

Les plus

- 2 fois 4 jeux

- ...

Les moins

- Des bruitages calamiteux

- Des musiques sans intérêt

- Un intérêt globalement inexistant, en fait

- La jolie joueuse qui devrait partager

ces parties n'est pas fournie

 

 

 

Note générale : 1,5/10

 

On a que ce qu'on mérite. Quand on cède à la facilité, pour se faire de l'argent sur des acquis que l'on ne considère que de très loin, il ne faut pas s'étonner que le résultat soit si médiocre. Si les jeux repris sont tous des classiques aux règles à peu près respectées, on oublie ici que c'est avant tout dans la réalité et à plusieurs que ces jeux s'apprécient, et non pas sur GB. Bien sur il existe des exceptions, qui savent tirer profit du support vidéo-ludique, comme la série des Mario Party. Mais ici ! Ici, le support n'est pas du tout exploité, on aurait pu avoir des animations, même discrètes, un design sonore acceptable, une ergonomie adaptée. Une relecture de ces classiques, en somme. Mais non. Et ça n'est pas le mode deux joueurs qui va me faire changer d'avis !

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 20:00

Mystic-Quest-Jeu-Game-Boy-956959194_ML.jpg

 

 

 

Année :1993

Editeur :Squaresoft

Genre :RPG

Plateforme :Game Boy

Speedrun :Non

 

Auteur :Flappy

 

 

UN AIRPAIGEAI EN FRENCAIT SURE GAYME BOILLE

 

 

Délicat exercice que celui de rédiger un court test sur un RPG. En effet, comment réussir à parler de toute la profondeur du gameplay, du scénario, de la musique souvent épique et pique qui l'accompagne ? Après un essai peu convaincant avec  Knight Quest , je vais donc refaire un jeu en Quest, mais celle-ci sera mystique et écrite à la façon d'une taupe amatrice de champignon. Non, ça ne veut pas dire que depuis la dernière fois, ma vue a baissé suffisamment pour que je porte des lunettes (encore que, je ne joue quasiment plus à la Game Boy que sur Super NES), mais simplement que je suis Flappy.

 

Et je suis sûr que ça vous fait une belle jambe, pas vrai ?

 

Mystic-Quest--France-_02.png

Alors non, ça n'est pas un site de rencontre aventureux.

 

 

Bon déjà, petit mot sur l'histoire du jeu (et pas l'histoire dans le jeu). Mystic Quest, c'est un des premiers jeu typé RPG japonais à sortir en territoire camembert. Chez nous, rien ne lui donne un quelconque lien avec d'autres séries signées Squaresoft. Mais au Japon ou aux USA, deux mots magiques commençant pas des F sont utilisés. Final Fantasy Adventure aux US et un titre peu prononçable en 5 mots dont Final et Fantasy en japonais (bon d'accord vous l'aurez voulu : Seiken Densetsu : Final Fantasy Gaiden...voilà, vous êtes contents?). Chose quelque peu étonnante, quand on considère que la franchise FF a été plutôt sous exploitée aux US (seuls les 1, 4 et 6 y sont sortis, soit uniquement 1 jeu à la sortie de Mystic Quest aux USA (l'épisode 4 étant sorti 3 semaines après sur SNES)), les japonais ne considérant pas le marché américain assez rentable. Et que dire du marché européen, qui a du attendre le 7ème opus pour pouvoir goûter aux joies de cette série jadis excellente (je suis désolé, mais FF XIII, pour moi, c'est du gâchis...). D'ailleurs, un jeu estampillé Mystic Quest est sorti en 1993 aux US sur SNES, mais n'a rien à voir avec l'épisode qui nous intéresse aujourd'hui, et semble d'une qualité bien moindre.

 

Mais bon, on revient à notre jeu, qui aura eu un succès conséquent et ouvrira la voie à une nouvelle série où l'on virera une bonne fois pour toute les mentions Final et Fantasy, bien que la fantasy soit très présente ! Au Japon, on gardera Seiken Densetsu (c'est mieux que danser dessus?), et partout ailleurs, on parlera de Mana (vous savez, les pouvoirs magiques tout ça), à commencer par Secret of Mana sur SNES, qui aura lui aussi droit à une VF !

 

Et oui, lui aussi, car Mystic Quest est sorti sur le sol français en version intégralement traduite (cocorico!). Seulement, ben...bon, le plus simple (et en plus ça expliquera le scénario), c'est de retranscrire le texte introductif du jeu tel qu'il est écrit :

 

Mystic-Quest--France-_03.png

Les accents ? Connais pas.

 

 

« AU DELA DES NUEES REGNE MT ILLUSIA, SANTUAIRE DE L'ARBRE MANA.

CROISSANT DE L'ENERGIE DU TOUT L'ARBRE MANA EST SOURCE DE VIE.

SELON LA LEGENDE, QUI LE TOUCHE RECOIT UN POUVOIR ETERNEL.

ROI NOIR CHERCHAIT LE CHEMIN MENANT A L'ARBRE POUR CONQUERIR LE MONDE.... »

 

Et voilà, le jeu n'a pas encore commencé, que déjà TF1 parle des enfants rendus analphabètes par les jeux vidéo. Et pourtant, il y a un fond de culture japonaise derrière : ces phrases ressemblent beaucoup à des haïku, ces petits poèmes japonais servant à exprimer en quelques mots des idées compliquées plus ou moins ésotériques (en gros, c'est le contraire de la philo). Mais ils souffrent méchamment du passage au français : tout est écrit en majuscule, comme ça on évite les problèmes d'accents, au risque de perdre en compréhension (c'est quoi MT ILLUSIA ? Une montagne?). Et puis, sérieux quoi, ROI NOIR CHERCHAIT blablabla. ROI NOIR ! C'est pas un prénom ça ! C'est un statut (oui, comme sur facebook, si tu veux) ! Sérieux, on dirait que le jeu s'adresse à des gamins de 4 ans. Ils ont oublié qu'à cet âge là, on ne sait pas lire...

 

Mais bon, sinon, la fantasy est bien en place : arbre source de vie, le pouvoir éternel (qui, je suppose, inclus une fontaine de jouvence, sinon le pouvoir éternel n'est pas très utile), un vilain roi forcément vêtu d'une armure noire et forcément mû par de sombres désirs de conquête du monde. Un RPG japonais quoi !

 

Après ce petit épisode scénaristique, on peut entrer le nom d'un héros masculin (il est écrit GARC) qui devra sauver le monde : Flap (car oui, on peut quand même écrire en minuscules!), et son alter ego féminin (ou peut-être la demoiselle en détresse à sauver?) : Spir (désolé bro!).

 

Mystic-Quest--France-_04.png

Gentil le minou, gentil!

 

 

A peine le bouton start pressé, qu'un écran m'intime « BATS-TOI ! » et je me retrouve, épée en main, dans une arène avec un gros chat qui m'attaque (pas gentil, le minou). Le jeu permet de porter des objets (bien entendu, je n'en ai pas à ce stade), d'utiliser de la magie (idem) et de modifier son équipement (j'ai tout en bronze : l'épée, le bouclier, l'armure et le casque). Et une aide qui ne marche pas. Une barre d'énergie se remplie si l'on ne fait aucune action, plus elle est pleine, plus le coup porté sera fort. Et bien sûr, on a des points de vie, de magie et de l'argent. Enfin, de l'or. Je crois. Des G quoi.

 

Après avoir fait s'abattre une pluie de coups d'épée sur ce gros chat à longues dents, il finit pas exploser (normal...) et l'histoire de notre héros nous est contée :

 

« Flap ETAIT UN ESCLAVE DE L'EMPIRE GLAIVE. 

Flap ET SES AMIS DEVAIENT COMBATTRE CHAQUE JOUR SIMPLEMENT POUR LE BON PLAISIR DU ROI NOIR.

BEAUCOUP DE GUERRIERS AVAIENT DEJA TROUVE LA MORT.

»

 

Oui, il faudra vous y faire, tout en écrit en majuscules dans ce jeu. L'Empire Glaive donc. C'est pour ça que j'ai une épée ? Bon, passons. Et au moins, ici, on parle ''du'' Roi Noir, et non pas ''de'' Roi Noir. C'est subtil, et oui ! En voyant l'ami WILLY mourir, on apprend qu'il faut prévenir les CHEVALIERS GEMME car l'arbre mana prend cher : il est en train de mourir. Comment le bon WILLY sait ça ? Bah, on s'en fout, faut bien des perso omniscients sinon on ne commencerait pas. Je veux dire, ça ne choque personne que Gandalf sache déjà tout sur la vie intime de Sauron.

Il faut maintenant s'enfuir pour retrouver un chevalier Gemme sous la cascade, puisque WILLY est finalement mort (il ne nous a pas révélé, cependant, qu'il est le père de cousin par alliance de l'arrière petite fille du Roi Noir, mais revenu du futur. Ou alors ça n'a rien à voir.).

 

Mystic-Quest--France-_05.png

Des fois qu'on n'ait pas compris.

 

 

Pour la suite, on rencontre des personnages, il est possible de discuter avec eux simplement en les touchant. Des indications vitales pour savoir comment sortir sont à récupérer comme ça. On apprend aussi que les nouvelles vont vites. Ou alors qu'il y a des caméras de surveillance dans la salle où Willy (je dis zut aux majuscules) est mort, car visiblement tout le monde le sait déjà ! Et pour s'enfuir, il faut passer par l'entrée des monstres dans l’arène, et donc faire exploser un nouveau gros chat. Pauv bête. D'ailleurs on se demande d'où elles sortent ces bêtes, car à peine la porte franchie que je me retrouve à tomber dans le vide, le long du mur d'enceinte du château. Château entouré de petits arbres tout mimi !

 

Mystic-Quest--France-_08.png

Typique.

Mystic-Quest--France-_09.png

Non mais SVP, arrêtez de faire passer

les héros de jeux vidéo pour des illettrés...

 

 

Après quelques pas, on tombe sur le Roi Noir et...Julius, qui qu'il soit. Étonnant dialogue...

 

« ROI NOIR : L'ARBRE MANA SERAIT EN HAUT DE LA CASCADE ? (Genre t'as un château juste à coté et tu l'as jamais vu?)

JULIUS : OUI, ROI. L'ARBRE EST DANS UN TEMPLE LA-HAUT. (Ah!)

ROI NOIR : COMMENT Y VA-T-ON ? EN MONTANT LA CASCADE ? (Comment il est devenu roi lui???)

JULIUS : IL Y A DES MIRACLES PARFOIS, O MON ROI …. (Et en plus, l'autre se fout de sa gueule...!)

ROI NOIR : COMMENT ?

JULIUS : UNE FILLE EN A LA CLE. (Ben tien)

ROI NOIR : GENIAL. FAIS LE NECESSAIRE COMPTEZ SUR MOI ! (Euh, il y aurait pas un problème de dialogue là?)

JULIUS : BIEN ! (Je pige plus rien, c'est qui le roi?)

 

Et tout se conclue sur le Roi Noir projetant notre bon héros à bas d'une autre cascade, à côté de laquelle les chûtes du Niagara ne sont guère plus qu'une petite douche dans un appart du 13ème au quatrième étage. Et l'on se réveille, au bord d'une rivière, perdu...

 

Mystic-Quest--France-_10.png

Toujours plus grand que

les arbres, il a la santé

(ou alors les arbres ne

l'ont pas...!)

Mystic-Quest--France-_11.png

Kawaii méchants !

Mystic-Quest--France-_12.png

Super, mais je préfère

le chocolat...

 

 

La suite nous mène à se balader et se battre contre les ennemies rencontrés. J'ai abattu des petits champi ainsi que des chats lanceurs de poignards pour commencer, le tout très Kawaii ! Tuer ces petits monstres apporte de l'argent, et des fois même un petit trésor contenant un objet. Ils apportent aussi de l'expérience, ceci permettant comme souvent de gagner des niveaux et donc d'améliorer ses statistiques selon ses choix (force, sagesse, volonté et résistance).

 

Mystic-Quest--France-_13.png

Jeune demoiselle en détresse.

 

 

Au cour de vos pérégrinations (beau mot n'est-il pas?) vous finissez par rencontrer une fille. Encore un gars en train de mourir, qui nous demande de prendre la demoiselle sous notre aile et d'aller voir ce même chevalier Gemme (Bogard) planqué sous la cascade. Décidément, il n'y a que moi (et le Roi Noir) qui ne sache rien dans ce monde ??? Bref, après lui avoir dis que « J'VAIS PAS TE LAISSER SEULE », elle nous donne son nom, Spir, et nous suit. On découvre au passage que l'option Aide dans le menu sert à ce que la Miss puisse nous soigner.

 

Mystic-Quest--France-_14.png

Gouffre à pognon

 

 

Il arrive également de tomber sur des villages, où les habituels hôtels et magasins sont présents. Certains personnages montrent la flemme des traducteurs en ayant la même ligne de dialogue. On en apprend un peu plus sur la situation dans le monde (en gros : Roi Noir = méchant, chevalier Gemme = vieux grognon). J'ai même vu un vieux bonhomme un peu flippant qui nous apprend que l'arbre Mana nous protège de choses Sataniques. Rien que ça ! Mais bon, on finit par le trouver, le grognon Bogard.

 

Mystic-Quest--France-_15.png

On pari que c'est lui ?

Mystic-Quest--France-_16.png

QUOI ? « JE NE SAIS REIN » ?

Non mais merde quoi...

Mystic-Quest--France-_17.png

Gagné !

 

 

Il nous donne une pioche, objet permettant de traverser les grottes sous la montagne et de rejoindre la ville de Wendel, via un marécage, un hôtel avec chambre réservée pour le Comte Lee (après tout, Christopher Lee a commencé en jouant Dracula) dans lequel Spir me refile la magie de Vie. Comme ça. Et elle en profite pour se faire enlever, aussi.

 

Mystic-Quest--France-_18.png

La grotte.

Mystic-Quest--France-_19.png

Une quoi ?

Une QUOI ??? Pfff...

Mystic-Quest--France-_20.png

Attention hein, chambre

pour 2 = chambre

avec 2 lits !

 

 

 

Et la suite me direz-vous ? Et bien, la suite, je vous laisse la découvrir par vous-même ! Et je pense que l'aventure sera longue et riche ! Et peut-être que quelqu'un pourra m'expliquer, mais bon sang misère de grenouille, qu'est ce que MT ILLUSIA ???

 

Mais passons aux notes.

 

 

Graphismes : 9,5/10

 

S'il n'a pas 10, c'est bien parce que quelques jeux sur cette machine ont su montrer d'encore plus belles images. Il n'en reste pas moins un jeu beau, riche et varié, mélangeant les influences fantasy classiques à des effets plus japonais et kawaii avec certains ennemis. Bien réalisé, en somme !

 

 

Gameplay : 8,5/10

 

Très classique pour un RPG, avec niveaux, objets, magies, armes et armures. Pour utiliser un objet, il faut l'assigner au bouton B puis l'utiliser. Pour certains, comme les potions de vies, il aurait été plus simple de les utiliser directement depuis le menu des objets. On notera quelques difficultés avec les collisions également, mais rien de bien méchant. Notons l'excellente idée de l'aide fournie par le second personnage !

 

 

Durée de vie : 10/10

 

Difficile à évaluer au premier coup d’œil, mais le jeu semble avoir une durée de vie bien au dessus de beaucoup d'autres jeux sortis sur Game Boy. L'aventure est longue et variée, et on s'y attache. Beaucoup !

 

 

Son : 9/10

 

Les musiques sont belles, variées (oui, on dirait ce que j'ai dit sur les graphismes) et surtout, elles ne sont pas caricaturales, considérant le support ! Une belle réussite de plus !

 

 

Scénario/Ambiance : 10/10

 

Un VRAI scénario avec un minimum de profondeur dans un jeu GB, et intégralement traduit en plus ! Et quelle traduction : des fautes, une dialectique digne d'un enfant de 4 ans, des mots manquant. Et le plus drôle, c'est que vu avec du recul, aujourd'hui, ça rend le jeu d'autant plus...mignon !

 

 

Conclusion

 

Les plus

 

- Beaux graphismes, sons, scénar, durée de vie, etc.

- RPG !!! Squaresoft !!!

- Une VF d'anthologie !

- Une de guerre ! C'est pas rein !

Les moins

 

- Un poil de soucis d'ergonomie

- Une VF d'anthologie ! (ben oui...)

 

 

 

 

Note générale : 9,5/10

 

Au moment de l'écriture de ce test, c'est la meilleure note donnée sur Flappy-Spirit après plus de 70 tests ! Et il l'a mérite, sa note : un grand jeu par Squaresoft qui n'est, à mon goût, supplanté que par quelques rares jeux sur GB. Alors quoi ? Une grande aventure d'heroic fantasy avec ses monstres, ses magies et sa demoiselle en détresse. Et une fois le monde sauvé, et bien, il n'y aura plus qu'à passer sur SNES pour voir la suite !

 

Un must have. Enfin, plutôt, UN DEVOIR AVIOR UN. Non ?

 

Mystic-Quest--France-_21.png

Ca ne se voit pas, mais en fait il est tombé parce qu'il avait le tournis.

Ca lui apprendra à tourner sur lui comme ça !

Repost 0
Published by flappy-spirit - dans test
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de flappy-spirit
  • Le blog de flappy-spirit
  • : Flappy-Spirit est un blog de test de jeux de Game Boy, principalement de première génération. Amateurs de vieux jeux ou simples curieux, soyez les bienvenus!
  • Contact

Recherche

Liens